Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Commandez les en ligne dès maintenant... chez vous dans 48h

Ce Manuel de survie propose, avec plein d’humour et de lucidité, des pistes pour comprendre l'envie de changer de Loge ou la désillusion.

Commandez-le en ligne dès maintenant



 Visiter le site 
Comment et pourquoi devenir Franc-maçon. Ce livre répond à toutes les questions sous forme de dialogue avec un ami.

Commandez-le en ligne dès maintenant



 Visiter le site 
Quand les Loges sont incapables d'instruire leurs Apprentis, faute de Maîtres compétents. Ce Manuel vous aide sur le chemin du travail.

Commandez-le en ligne dès maintenant



 Visiter le site 

Franc-maçonnerie à Alençon

"Ma Franc-maçonnerie mise à nu... pour les profanes à Alençon"

Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 

Franc-maçonnerie à Alençon

 Histoire de la Franc-maçonnerie En 1836, le Sanctuaire Souverain du Rite de Memphis en France a émis un mandat pour un Grand Conseil provincial en Egypte et plusieurs autres Lodges ont été fondés en Egypte sous l'autorité juridiction et d'autres jusqu'en 1862, qui ont tous travaillé dans la perfection harmonie avec la Grande Loge Provinciale Française. Cependant, les maçons égyptiens qui se sont trouvés travailler sous Ces diverses Constitutions ont décidé d'en avoir une. Dans 1864, un mandat provisoire (confirmé en 1866) a été accordé par le Grand Orient d'Italie créant le Grand Orient d'Egypte pour travailler le degrés supérieurs et une grande loge nationale de l'Egypte pour travailler le trois premiers degrés.

 Cela a placé l'ordre entre les nombreux rites et Constitutions et cela L'autorité maçonnique a progressivement été reconnue dans le monde entier. Prince Halim (un initié de Bulwer Lodge du Caire) a été rendu suprême Grand Commandeur et a été remplacé par Salvatore Zola.

Le Khédive Ismail, l'une des plus grandes figures du 19ème siècle L'Egypte, bien que n'étant pas un maçon, a patronné l'ordre comme un éminent

organisation humanitaire et a permis à son fils Tewfik d'être initié. Le fils d'Ismaïl Pacha gouverna l'Égypte du 26 juin 1879 au 7 janvier 1892. En 1881, le Khedive Tewfik Pacha est devenu Grand Maître et a tenu balancer sur plus de 500 loges travaillant en anglais, français, grec,

Hébreu, italien et arabe, et a obtenu la reconnaissance pour le Grand Loge d'Egypte de la plupart des Grandes Loges reconnues du monde. Bro. Les recherches de Mousa Sindaha montrent que le Khédive En fait, Tewfik a assigné ses fonctions à Hussein Fakhry Basha, le Ministre de la Justice, et que le nombre de Lodges était plus proche.  En 1891, le Khédive Tewfik Pacha cède son bureau à Idris Bey Ragheb. La franc-maçonnerie est la plus ancienne organisation fraternelle pour les hommes dans le monde, et sa structure organisationnelle montre son âge. L'unité organisationnelle de base de la fraternité est la loge. Nous croyons que le terme vient des lodges (abris) construits sur les chantiers de construction de cathédrales et de châteaux au Moyen Age. Les maçons travaillaient et vivaient dans ces abris. Chaque loge est dirigée par un officier appelé le "Vénérable Maître". "Vénérable" signifie "hautement respecté" ou "honoré". Le terme vient du système judiciaire de l'Angleterre et n'a aucune implication religieuse. "Master" signifie "leader", ou "mieux qualifié", comme dans "Concert Master" ou "Master Architect".

 Chaque officier d'une loge a un titre qui a pris naissance au Moyen Age. Ces titres peuvent varier quelque peu d'un état à l'autre, mais en général les officiers et leurs équivalents contemporains.

Alençon est une commune française, préfecture du département de l’Orne, située en région Normandie.

La ville est excentrée par rapport au territoire départemental. La communauté urbaine d'Alençon (CUA) inclut plusieurs communes dont certaines situées dans le département de la Sarthe limitrophe.

Commune la plus peuplée de l'Orne avec 26 028 habitants, Alençon était la 3e plus grande ville (après Caen et Cherbourg) de l'ancienne région Basse-Normandie, et se trouve désormais 9e de la Normandie unifiée.

Alençon a été au cours des siècles une place administrative (chef-lieu de la généralité d'Alençon) et économique (dentelle d'Alençon, imprimerie) et un carrefour entre communications est-ouest, sur l’axe Paris-Bretagne, et nord-sud, sur l’axe Rouen-Tours.

 La ville a subi un déclassement relatif à la suite de la mise en place des réseaux ferroviaires. Contrairement à une légende restée vivace localement1, ce ne sont pas les notables alençonnais qui ont refusé de voir la ligne Paris - Brest passer par leur ville, bien au contraire. Mais la décision du tracé via Le Mans et Laval fut prise le 21 octobre 1848 sur les instances d’une des personnalités les plus influentes de l’éphémère Deuxième République, Ariste Jacques Trouvé-Chauvel, qui était à la fois maire du Mans, préfet de la Seine et en passe d’entrer comme ministre des Finances au gouvernement du général Louis Eugène Cavaignac. Dès lors reléguée au rôle d’étape sur la transversale Caen-Le Mans, Alençon va connaître un siècle de stagnation, tandis que les activités afflueront à Laval et au Mans, qui vont respectivement doubler et quadrupler de population dans le même temps. Alençon est restée l'une des préfectures françaises dépourvues de liaison ferroviaire directe avec Paris.

 Avec le développement du transport routier dans les années 1950 et 1960, Alençon tire à nouveau parti de sa position sur l’axe Paris-Brest (la RN 12) et entre dans une période de dynamisme, symbolisée par l’essor de Moulinex. La population s’accroît (on imagine alors que l'agglomération atteindra les 80 000 habitants à la fin du xxe siècle3), des banlieues pavillonnaires apparaissent et englobent les communes voisines (Damigny, Saint-Germain-du-Corbéis, Valframbert), des immeubles modernes sortent de terre (Courteille, Champ-Perrier, quartier de Perseigne), le centre-ville est remodelé, Alençon perd sa réputation jusqu’alors justifiée de petite ville très vieille France n’ayant guère changé depuis l’époque de Balzac.

 Cette phase prend fin en même temps que les années 1970. Le tracé de l’autoroute A11 remet Le Mans en position stratégique sur l’axe Paris-Bretagne, ce que confirme à la fin des années 1980 l’ouverture de la LGV Atlantique. Alençon est de nouveau vouée à la fatalité de n’être que ville-relais sur une transversale nord-sud, en l’espèce l’autoroute Rouen-Le Mans A28, achevée en 2005. D’où un sentiment de déréliction et une certaine crise d’identité, en particulier vis-à-vis du Mans dont le poids est devenu sans commune mesure. On a pu dire qu’Alençon paraissait n’être plus qu’une « sous-préfecture de la Sarthe »4.

 Toutefois, Alençon s’illustre dans le tourisme vert ou culturel, d’autant plus que la ville est située entre le parc naturel régional Normandie-Maine et le parc naturel régional du Perche. Elle joue aussi son rôle de place administrative, économique et commerciale dans le cadre départemental.

Alençon, limitrophe du département de la Sarthe, se situe au sud du département de l’Orne et de la région Normandie, dans la campagne d'Alençon, région naturelle de Normandie aussi appelée « Marches ».

La ville se trouve à 119 km de Caen, et à 161 km de Rouen, chef-lieu de région, alors que Le Mans n’est qu’à 54 km. Elle se situe entre Paris et Rennes, respectivement à 192 km et à 158 km5.

Alençon se trouve également à une dizaine de kilomètres de la forêt d'Écouves vers le nord, de la forêt de Perseigne vers l’est, et des Alpes mancelles vers le sud.

Ainsi, la ville est devenue la jonction entre les deux parcs naturels régionaux de Normandie-Maine l’englobant (voir carte), et du Perche l’avoisinant à l’est.

Selon le classement établi par l’Insee, Alençon est une commune urbaine. Elle forme avec les huit communes de sa banlieue une unité urbaine, pôle urbain de l’aire urbaine d'Alençon ; cette aire urbaine fait partie de l’espace urbain d’Alençon-Argentan.

 Les communes limitrophes sont :

dans le canton de Damigny :

Condé-sur-Sarthe, Damigny et Valframbert ;

dans le canton d'Alençon-1 :

Cerisé ;

dans le canton d'Alençon-2 :

Saint-Germain-du-Corbéis ;

dans le canton de Mamers (arrondissement de Mamers, département de la Sarthe, région Pays de la Loire) :

Le Chevain et Saint-Paterne. Au sud, une étroite bande du territoire de Saint-Paterne (de 5 à 100 m sur 700 m) sépare Alençon d'Arçonnay.

 

Région       Normandie

Département      Orne (préfecture)

Arrondissement  Alençon (chef-lieu)

Canton      Alençon-1

Alençon-2

Intercommunalité       Communauté urbaine d'Alençon

Maire

Mandat      Emmanuel Darcissac

2017-2020

Code postal        61000

Code commune  61001

Démographie

Gentilé      Alençonnais

Population

municipale 26 028 hab. (2014 en diminution de 4,75 % par rapport à 2009)

Densité      2 437 hab./km2

Population

aire urbaine       67 790 hab. (2013)

Géographie

Coordonnées      48° 25' 47? nord, 0° 05' 31? est

Altitude      Min. 127 m

Max. 152 m

Superficie  10,68 km2

 

Site Web : http://www.alencon.fr/

Découvrez nos partenaires ci-dessous