Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Commandez les en ligne dès maintenant... chez vous dans 48h

Ce Manuel de survie propose, avec plein d’humour et de lucidité, des pistes pour comprendre l'envie de changer de Loge ou la désillusion.

Commandez-le en ligne dès maintenant



 Visiter le site 
Comment et pourquoi devenir Franc-maçon. Ce livre répond à toutes les questions sous forme de dialogue avec un ami.

Commandez-le en ligne dès maintenant



 Visiter le site 
Quand les Loges sont incapables d'instruire leurs Apprentis, faute de Maîtres compétents. Ce Manuel vous aide sur le chemin du travail.

Commandez-le en ligne dès maintenant



 Visiter le site 

Franc-maçonnerie à Évry

"Ma Franc-maçonnerie mise à nu... pour les profanes à Évry"

Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 


Franc-maçonnerie à Évry

 L'histoire de la franc-maçonnerie : Les questions de quand, comment, pourquoi et où la franc-maçonnerie est née font encore l'objet de spéculations intenses. Le consensus général parmi les érudits maçonniques est que l'on pense qu'il a pris naissance en Angleterre à la fin du 16ème ou au début du 17ème siècle, descendant directement ou indirectement de l'organisation des maçons de pierre qui ont construit les grandes cathédrales et châteaux du Moyen Age.

 Directement, par des loges opératoires acceptant des membres non-opératifs, qui progressivement prennent la relève et transforment les loges en purement spéculatives. Indirectement, un groupe d'hommes intéressés à promouvoir la tolérance dans un âge intolérant se sont réunis et ont adopté les outils et les coutumes du maçon comme auxiliaires allégoriques pour enseigner leurs préceptes.

La première preuve de la franc-maçonnerie est très rare. Il existe environ cent trente versions de ce qui est maintenant connu sous le nom de Old Charges, datant d'environ 1390. Ce sont des rouleaux de parchemin jusqu'à neuf pieds de long ou des feuilles de papier formées dans des cahiers contenant une histoire légendaire du métier de maçon et de récitation les devoirs d'un maçon à son Dieu, son maître, son métier et ses compagnons. L'illustration à gauche, d'une version tardive, le roi George IV MS, montre les armes de la London Company of Masons plus tard adoptées par la première grande loge.

 La première preuve de la «fabrication» d'un maçon anglais non-opératif est celle d'Elias Ashmole, l'Antiquaire, faite dans une loge appelée à cet effet à Warrington, Cheshire, le 16 octobre 1646. Il a enregistré l'événement, et un plus tard visite à une loge de Londres en 1682, dans son journal.

Randle Holme III était membre d'une loge à Chester dans les années 1670 et, en 1686, la franc-maçonnerie était suffisamment connue pour justifier une mention dans l'histoire naturelle du Staffordshire de Robert Plot. Il y a des affirmations selon lesquelles au moins sept Loges se réunissaient à Londres et une à York dans les années 1690. Certes, nous savons qu'en 1705 il y avait quatre Lodges à Londres et un à York et à Scarborough.

 La Grande Loge d'Angleterre a été formée, en tant que première Grande Loge au monde, par le rassemblement de quatre Loges de Londres à la Taverne Goose and Gridiron, St Paul's Churchyard, le 24 juin 1717. Ils ont élu Anthony Sayer, Gentleman, comme le premier grand maître et résolu de se rencontrer chaque année lors d'une grande fête.

 Les loges commencèrent à attirer des hommes d'esprit, notamment le Dr John Theophilus Desaguliers (Grand Maître 1719) et d'autres membres de la Royal Society et de l'aristocratie (Jean 2 ° Duc de Montagu, premier Grand Maître 1721) qui changea la Grande Loge d'un simple festin à un organisme de réglementation.

 En 1730, la Grande Loge avait publié ses Constitutions (1723); commencé à tenir des procès-verbaux officiels (1723); publié une liste annuelle gravée des pavillons réguliers (1723); créer un comité de charité et un fonds de charité central (1727); Il avait autorité sur plus de soixante-quatorze Loges en Angleterre et au Pays de Galles, et avait commencé à exporter l'Artisanat à l'étranger en publiant des délégations pour former des pavillons à Gibraltar et en Inde.

Le développement à la maison a été aidé par la nomination par brevet des Grands Maîtres provinciaux pour représenter le Grand Maître dans les Comtés. Le succès de la première Grande Loge a été couronné en 1782 par l'installation de SAR Henry Frederick, Duc de Cumberland comme Grand Maître.

En 1768, le premier Grand Lodge prit la décision capitale de construire un Hall à Londres. Un site a été acheté dans la rue Great Queen, un concours d'architecture a eu lieu, la pierre de fondation a été posée, et le 23 mai 1776, la salle a été officiellement consacrée à la franc-maçonnerie.

 En plus de fournir des bureaux et des salles de réunion, le Hall, dirigé par la Freemasons 'Tavern, était un lieu populaire pour des concerts, des récitals musicaux et littéraires, des dîners et des bals pendant la «saison» londonienne.

Conçu par Thomas Sandby (1721-1798), le Grand Hall a survécu jusqu'en 1931 quand il a été trouvé structurellement défectueux et a été démoli.

La troisième et la présente, la Freemasons 'Hall, a été construite en 1927-1933, par des abonnements volontaires, en mémoire de ceux qui ont donné leur vie durant la Première Guerre mondiale.

 En plus d'être le siège de la franc-maçonnerie anglaise, le Hall constitue un point de rencontre central pour les Lodges et les Chapitres de Londres. Outre le Grand Temple, il y a dix-neuf salles de loges, ainsi que des salles de conférence et de comité pour des réunions plus informelles. Des bureaux sont fournis au Grand Secrétaire et à son personnel pour administrer l'Artisanat, l'Arche Royale et la Grande Charité, et des ateliers pour l'entretien nécessaire du tissu.

La bibliothèque et le musée servent à la fois de dépôt pour les archives et les trésors de la franc-maçonnerie et de centre d'information pour les chercheurs et les visiteurs du monde entier.

 Évry est une commune française située à vingt-six kilomètres au sud-est de Paris, préfecture du département de l’Essonne, dans la région Île-de-France. Elle est le chef-lieu du département, de l’arrondissement d'Évry, du canton d’Évry, le siège de la communauté d'agglomération Évry Centre Essonne, du diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes et du doyenné d’Évry.

 Du village agricole en bord de Seine parsemé de châteaux qu’il était jusqu’au sortir des années 1950, fut créée en trente ans une ville nouvelle de cinquante mille habitants, une préfecture, un évêché, un pôle économique, éducatif et de recherche, conjuguant les atouts de plus de deux mille entreprises et administrations et les faiblesses d’une banlieue trop rapidement urbanisée, aujourd’hui symbole d’insécurité, d’où émerge pourtant une diversité culturelle, cultuelle et urbanistique où se mêlent barres HLM et meulières Art nouveau, rap français et scène nationale, presbytère du xviie siècle et unique cathédrale française du xxe siècle. Évry, qui a perdu son statut de ville nouvelle en 2001, est aujourd’hui en quête de renouvellement urbain, pour valoriser ses qualités environnementales, économiques, scientifiques, sportives et sortir de son statut de « cité sensible », en s’appuyant notamment sur les quatre dixièmes d’Évryens âgés de moins de vingt-cinq ans. Ses habitants sont appelés les Évryens.

 Évry est située dans la région d’Île-de-France, au sud de l’agglomération parisienne et au nord-est du département français de l’Essonne, en limite entre les régions naturelles du Hurepoix, du Gâtinais et de la Brie française. La commune occupe un territoire approximativement rectangulaire de trois kilomètres et trois kilomètres cinq cents mètres de côtés pour une superficie de huit cent trente-trois hectares. L’Institut national de l'information géographique et forestière donne les coordonnées géographiques 48°41'56" N et 02°11'18" E au point central de ce territoire. Du village d’Évry originellement placé sur la rive gauche de la Seine au sud de l’écluse ne subsiste plus que le nom du quartier, en partie remanié. Il s’ajoute aux quatorze quartiers récents, sortis de terres avec la création de la ville nouvelle entre 1969 et 2001. Entre la Seine et la route nationale 7, au nord de l’ancien village se trouvent Grand-Bourg (commun à Ris-Orangis) et Champs-Élysées, à l’ouest le Champtier-du-Coq, au sud Aguado, le Mousseau, le Parc-aux-Lièvres et le Bras-de-Fer, ce dernier limitrophe de Corbeil-Essonnes. À l’ouest de la nationale se succèdent du nord au sud le Bois-Guillaume, Bois-Sauvage et les Pyramides, le nouveau centre-ville, les Aunettes, limitrophe de Lisses, et les Épinettes, limitrophe de Corbeil-Essonnes. L’Insee divise elle la commune en vingt-deux îlots regroupés pour l'information statistique soit : Bois Guillaume et Bois Sauvage, Loges, Pyramides Centre, Pyramide Sud, Centre urbain Nord, Centre urbain Coquibus, Aunettes Ouest, Aunettes Est, Épinettes Ouest, Épinettes Est, Épinettes Sud, Bras de Fer et Tourelles, Parc aux Lièvres, Mousseau et Bonhomme en Pierre, Aguado, Village, Champtier du Coq, Grand Bourg, Champs-Élysées, Centre commercial Évry II, Centre administratif et enfin Snecma29. Les Pyramides et le Parc aux Lièvres sont classés zone urbaine sensible. Les Pyramides sont aussi une zone franche, conjointement aux Tarterêts sur la commune de Corbeil-Essonnes. Cinq autres quartiers sont prioritaires au titre du renouvellement urbain : Bois-Sauvage, le Centre Urbain Nord, le Champtier du Coq35, les Aunettes36 et les Épinettes

 Évry, commune au territoire relativement vaste, est entourée de diverses villes, dont Ris-Orangis au nord et nord-ouest séparée en partie par la route départementale 91 et la route nationale 7, Courcouronnes à l’ouest dont la ligne D du RER, les routes départementales 91 et 92 et l’autoroute A6 matérialisent en parties la frontière, Lisses au sud-ouest sur une petite frontière de deux cents mètres matérialisée par la route départementale 446, Corbeil-Essonnes au sud et sud-est en partie limitée par la Francilienne, Étiolles à l’est et Soisy-sur-Seine au nord-est, toutes deux séparées de la ville nouvelle par la Seine.

 

Région       Île-de-France

Département      Essonne (préfecture)

Arrondissement  Évry (chef-lieu)

Canton      Évry (chef-lieu)

Intercommunalité       Communauté d'agglomération Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart

Maire

Mandat      Francis Chouat

2014-2020

Code postal        91000

Code commune  91228

Démographie

Gentilé      Évryens

Population

municipale 52 349 hab. (2012)

Densité      6 284 hab./km2

Géographie

Coordonnées      48° 37′ 26″ nord, 2° 25′ 46″ est

Altitude      Min. 32 m

Max. 95 m

Superficie  8,33 km2

 

Site Web : http://www.evry.fr


Découvrez nos partenaires ci-dessous