Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Pour tout comprendre facilement de la Franc-maçonnerie

           COMMANDEZ-LE DES MAINTENANT          LE PREMIER LIVRE QUI PRÉPARE SÉRIEUSEMENT LES CANDIDATS A DEVENIR MAçONS  

- Enfin un ouvrage clair, qui répond aux questions pour comprendre la Franc-maçonnerie.

- 230 Pages de questions / Réponses, utile et efficace avant d'envoyer sa candidature.

- Liste des Obédiences maçonniques pour prendre contact. 

- Les choses à faire et à ne pas faire, à dire et à ne pas dire. A LIRE ABSOLUMENT


        Livré en 48h / Satisfait ou remboursé                                                 ACHETER MAINTENANT                PRIX : 17,50 € + frais postaux  

Franc-maçonnerie à La Roche-sur-Yon

"Ma Franc-maçonnerie mise à nu... pour les profanes à La Roche-sur-Yon"

Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 


Franc-maçonnerie à La Roche-sur-Yon

 Histoire de la Franc-maçonnerie : En quelques années, cependant, les Loges ont de plus en plus commencé à attirer des hommes d'esprit, qui ont transformé la Fête Annuelle en ce que nous reconnaissons maintenant comme une Grande Loge. En 1730, les quatre Lodges de Londres étaient passées à 76 en Angleterre et au Pays de Galles et la Grande Loge se réunissait tous les trimestres en tant qu'organe de réglementation. Il publia un Livre officiel des Constitutions, créa un Fonds Central de Charité, nomma les Grands Maîtres provinciaux pour représenter le Grand Maître dans les parties les plus éloignées du pays et commença à exporter le Métier à l'étranger en accordant des délégations, que nous appellerions maintenant Warrants, pour constituer des lodges à Gibraltar et en Inde. Le métier en général à cette période était une société très conviviale. Les réunions de loge se déroulaient généralement dans une salle privée dans une taverne. Les cérémonies étaient assez courtes et simples et la plus grande partie de la soirée se passait autour d'une longue table à tréteaux où se déroulaient les affaires courantes de la loge, et où les cérémonies étaient expliquées et expliquées sous forme de questions et de réponses. Rafraîchissements et tabac étaient disponibles tout au long de la réunion, qui était souvent complétée par le chant des chansons à part et glees.

  Avec les rapports réguliers des journaux sur les réunions, les cortèges publics dans les regalia, et la mise en scène des représentations théâtrales spéciales, au cours de laquelle les frères portaient leurs insignes, le métier a attiré l'attention du public. Pour tirer profit de la curiosité publique, des expositions supposées du rituel ont commencé à apparaître, suivies de satires et de dessins animés. Un résultat des mesures prises par la première Grande Loge pour contrer cette publicité défavorable a été la formation en 1751, d'une Grande Loge rivale à Londres, maintenant connue sous le nom de Grande Loge d'Antients de leur réclamation pour être les seuls praticiens de franc-maçonnerie "selon les Institutions Anciennes ". Malgré une sérieuse rivalité, et le fait que ni l'un ni l'autre ne considéraient l'autre comme régulier, les deux Grandes Loges existaient côte à côte, tant au pays qu'à l'étranger, pendant une soixantaine d'années jusqu'à la Grande Maîtrise des deux Royal Brothers, le Duc de Sussex. Le Grand Maître de la Grande Loge Premier et le Duc de Kent comme Grand Maître de la Grande Loge Antients, les deux furent réunis pour former la Grande Loge Unie d'Angleterre le 27 décembre 1813 avec le Duc de Sussex comme Grand Maître. Le syndicat a apporté de nombreux changements à la franc-maçonnerie anglaise, notamment en ce qui concerne les réunions. Le duc était un grand universaliste, et bien que le métier ait toujours été ouvert aux hommes de toutes les religions, il y avait beaucoup dans le rituel et les conférences du 18ème siècle qui étaient ouvertement chrétiens.

 Une loge de réconciliation a été établie immédiatement après l'union pour déterminer le rituel à suivre par toutes les loges. En fait, cette loge spéciale a complètement réorganisé le rituel, enlevant presque tout le symbolisme chrétien, étendant considérablement les cérémonies simples du 18ème siècle à celles que nous pratiquons aujourd'hui, y compris le matériel des conférences catéchétiques, et provoquant une rupture complète entre la réunion actuelle et les after-proceedings conviviaux. La formation de la première Grande Loge en 1717 a été suivie par celle de l'Irlande en 1725 et celle de l'Ecosse en 1736. En aucun cas rivaux, les trois Grandes Loges se sont développées sur des lignes individuelles, ayant une compréhension tacite que, tandis que les territoires d'outre-mer tous les trois ils ne justifieraient pas les loges dans les territoires de l'autre. L'histoire de la propagation de la franc-maçonnerie britannique est étroitement liée au développement de l'Empire britannique; partout où les colons ou les régiments britanniques sont allés, la franc-maçonnerie a bientôt suivi. L'expansion de la franc-maçonnerie britannique a été grandement facilitée par l'octroi, notamment par la Grande Loge des Antients et la Grande Loge d'Irlande, de prétendus mandats ambulatoires aux Loges de l'Armée.

 Ces mandats permettaient que la loge soit tenue partout où le régiment était stationné, et même si l'intention était à l'origine que l'adhésion au pavillon soit limitée aux membres du régiment, s'ils étaient stationnés dans une ville pour une durée quelconque, ils commencèrent bientôt à prendre chez les civils locaux. Lorsque le régiment a déménagé, les frères locaux ont ensuite déposé une demande auprès de l'une des Grandes Loges pour obtenir un mandat pour tenir une Loge dans la ville. En conséquence, les deux Grandes Loges d'Angleterre ont nommé quelque 22 Grands Maîtres provinciaux pour diverses parties de l'Amérique entre 1730 et 1783, ont fait des nominations similaires pour certaines parties de l'Inde de 1729 et le Canada de 1750, et ont même justifié une Loge Canton en Chine en 1767. Les Grandes Loges irlandaises et écossaises ne sont pas moins actives et, à la fin du XVIIIe siècle, la franc-maçonnerie britannique est introduite dans les Amériques, au Canada, aux Antilles, en Amérique du Sud, en Inde et dans certains ports africains. Les loges américaines ont progressivement déclaré leur indépendance pendant la guerre qui a créé les États-Unis, formant des grandes loges d'État qui, à leur tour, ont répandu la franc-maçonnerie à travers la nation alors qu'elle s'étendait vers l'ouest.

 La Roche-sur-Yon est une commune du Centre-Ouest de la France, préfecture du département de la Vendée, dans la région des Pays de la Loire.

Arrosée par l’Yon et par ses affluents, la Riaillée et l'Ornay (et son tributaire la Soivre), La Roche-sur-Yon doit sa physionomie actuelle à Napoléon Ier, qui fait d'un petit bourg une cité moderne, basée sur un plan régulier en forme de pentagone et dotée d'édifices publics imposants (préfecture, hôtel de ville, théâtre, tribunaux, lycée, église Saint-Louis, etc.) répartis autour d'une vaste esplanade centrale (place Napoléon). La ville est fondée par décret impérial le 25 mai 1804 (elle est promue à cette même date préfecture de la Vendée en remplacement de Fontenay-le-Comte).

 Ville napoléonienne mais conçue par des ingénieurs des Ponts-et-chaussées, son nom même est source de querelles au gré des changements politiques qui agitent le xixe siècle : elle est débaptisée et rebaptisée à huit reprises : La Roche-sur-Yon, Napoléon (sous le Premier Empire, les Cent-jours et la Deuxième République), Bourbon-Vendée (sous la Restauration), Napoléon-Vendée (sous le Second Empire). Elle reprend son nom d'origine en 1870. Principal centre urbain du département, au cœur de l'ancien Bas-Poitou, centre économique aux fonctions multiples (secteurs secondaires et tertiaires essentiellement), mais aussi pôle universitaire fort de 6 000 étudiants. La Roche-sur-Yon est la commune la plus peuplée du département, comptant 52 732 habitants, et son aire urbaine atteignant 116 660 habitants (population légale 2013). La ville occupe la 6e position au niveau régional, tandis que son aire urbaine occupe le 5e rang.

 Le territoire municipal de La Roche-sur-Yon s’étend sur 8 779 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 68 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 32 et 94 mètres.

Localisation : La Roche-sur-Yon se situe au cœur du bocage vendéen, dans la vallée de l'Yon, affluent du Lay. La ville est construite sur une roche granitique qui surplombe la vallée de l'Yon et donne à la ville une position stratégique. La ville se situe au centre du département. Napoléon Bonaparte a d'ailleurs choisi La Roche-sur-Yon comme préfecture pour sa position centrée et stratégique au cœur d'un département qui devait être pacifié après la guerre de Vendée.

 La Roche-sur-Yon est située dans le domaine sud armoricain (plus précisément le domaine ouest-vendéen) marqué par la phase orogénique bretonne de l'orogenèse varisque, au début du Carbonifère inférieur, ou Tournaisien, il y a environ 360 Ma. La collision continentale au cours de l'orogenèse varisque proprement dite se traduit dans le Massif armoricain par un métamorphisme général de basse-moyenne pression, formant les gneiss et micaschistes, par des phases de cisaillement et par une anatexie générant migmatites et granites. Elle se traduit enfin, par la mise en place de nombreux leucogranites (à deux micas muscovite et biotite) intrusifs à travers les schistes cristallins, concomitamment aux cisaillements et à ce métamorphisme. La Roche-sur-Yon fait ainsi partie d'une grande ceinture de leucogranites au sud du Massif armoricain. Cette ceinture correspond à un immense batholite mis en place dans des roches métamorphiques, seuls quelques plutons atteignant le Paléozoïque épimétamorphique. Ce batholite est subdivisé en plusieurs bandes (« rubans ») qui montrent une nette divergence vers l'Est6 : un axe majeur (Pointe du Raz - Nantes - Parthenay - Millevaches) à convexité nord-est (orienté N 110-130 °E ) associé au cisaillement sud-armoricain avec le cisaillement sud-armoricain (décrochement dextre selon une orientation cadomienne dont le rejet horizontal atteindrait 500 km) ; au Nord de cet axe, la bande Locronan-Lizio correspondant à plusieurs rubans orientés N 60 à 100°E (chapelet d'apophyses Bignan, Guéhenno, Savenay, etc.) ; au Sud de cet axe, une échine discontinue de moles syntectoniques (massifs de Trégunc, Pont-l'Abbé, Port-Louis-Ploemeur, Glénan-Quiberon-Houat-Hoedic-Guérande-Le Croisic, Saint-Brévin, Noirmoutier-La Roche-sur-Yon allongés en direction sud-armoricaine dont le parallélisme avec le cisaillement sud-armoricaine incite à penser à l'influence indirecte d'une contrainte linéamentaire).

 

Région       Pays de la Loire

Département      Vendée (préfecture)

Arrondissement  La Roche-sur-Yon (chef-lieu)

Canton      Bureau centralisateur de deux cantons : 1 et 2

Intercommunalité       La Roche-sur-Yon-Agglomération (siège)

Maire

Mandat      Luc Bouard

2014-2020

Code postal        85000

Code commune  85191

Démographie

Gentilé      Yonnais

Population

municipale 53 162 hab. (2014 en augmentation de 1,78 % par rapport à 2009)

Densité      606 hab./km2

Population

aire urbaine       116 660 hab.

Géographie

Coordonnées      46° 40′ 10″ nord, 1° 25′ 07″ ouest

Altitude      68 m

Min. 32 m

Max. 94 m

Superficie  87,79 km2

 

Site Web : http://www.ville-larochesuryon.fr/


Découvrez nos partenaires ci-dessous