Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Commandez les en ligne dès maintenant... chez vous dans 48h

Ce Manuel de survie propose, avec plein d’humour et de lucidité, des pistes pour comprendre l'envie de changer de Loge ou la désillusion.

Commandez-le en ligne dès maintenant



 Visiter le site 
Comment et pourquoi devenir Franc-maçon. Ce livre répond à toutes les questions sous forme de dialogue avec un ami.

Commandez-le en ligne dès maintenant



 Visiter le site 
Quand les Loges sont incapables d'instruire leurs Apprentis, faute de Maîtres compétents. Ce Manuel vous aide sur le chemin du travail.

Commandez-le en ligne dès maintenant



 Visiter le site 

Franc-maçonnerie à Montauban

"Ma Franc-maçonnerie mise à nu... pour les profanes  à Montauban"

Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 


Franc-maçonnerie à Montauban

 L'histoire de la franc-maçonnerie : Les questions de quand, comment, pourquoi et où la franc-maçonnerie est née font encore l'objet de spéculations intenses. Le consensus général parmi les érudits maçonniques est que l'on pense qu'il a pris naissance en Angleterre à la fin du 16ème ou au début du 17ème siècle, descendant directement ou indirectement de l'organisation des maçons de pierre qui ont construit les grandes cathédrales et châteaux du Moyen Age.

 Directement, par des loges opératoires acceptant des membres non-opératifs, qui progressivement prennent la relève et transforment les loges en purement spéculatives. Indirectement, un groupe d'hommes intéressés à promouvoir la tolérance dans un âge intolérant se sont réunis et ont adopté les outils et les coutumes du maçon comme auxiliaires allégoriques pour enseigner leurs préceptes.

La première preuve de la franc-maçonnerie est très rare. Il existe environ cent trente versions de ce qui est maintenant connu sous le nom de Old Charges, datant d'environ 1390. Ce sont des rouleaux de parchemin jusqu'à neuf pieds de long ou des feuilles de papier formées dans des cahiers contenant une histoire légendaire du métier de maçon et de récitation les devoirs d'un maçon à son Dieu, son maître, son métier et ses compagnons. L'illustration à gauche, d'une version tardive, le roi George IV MS, montre les armes de la London Company of Masons plus tard adoptées par la première grande loge.

 La première preuve de la «fabrication» d'un maçon anglais non-opératif est celle d'Elias Ashmole, l'Antiquaire, faite dans une loge appelée à cet effet à Warrington, Cheshire, le 16 octobre 1646. Il a enregistré l'événement, et un plus tard visite à une loge de Londres en 1682, dans son journal.

Randle Holme III était membre d'une loge à Chester dans les années 1670 et, en 1686, la franc-maçonnerie était suffisamment connue pour justifier une mention dans l'histoire naturelle du Staffordshire de Robert Plot. Il y a des affirmations selon lesquelles au moins sept Loges se réunissaient à Londres et une à York dans les années 1690. Certes, nous savons qu'en 1705 il y avait quatre Lodges à Londres et un à York et à Scarborough.

 La Grande Loge d'Angleterre a été formée, en tant que première Grande Loge au monde, par le rassemblement de quatre Loges de Londres à la Taverne Goose and Gridiron, St Paul's Churchyard, le 24 juin 1717. Ils ont élu Anthony Sayer, Gentleman, comme le premier grand maître et résolu de se rencontrer chaque année lors d'une grande fête.

 Les loges commencèrent à attirer des hommes d'esprit, notamment le Dr John Theophilus Desaguliers (Grand Maître 1719) et d'autres membres de la Royal Society et de l'aristocratie (Jean 2 ° Duc de Montagu, premier Grand Maître 1721) qui changea la Grande Loge d'un simple festin à un organisme de réglementation.

 En 1730, la Grande Loge avait publié ses Constitutions (1723); commencé à tenir des procès-verbaux officiels (1723); publié une liste annuelle gravée des pavillons réguliers (1723); créer un comité de charité et un fonds de charité central (1727); Il avait autorité sur plus de soixante-quatorze Loges en Angleterre et au Pays de Galles, et avait commencé à exporter l'Artisanat à l'étranger en publiant des délégations pour former des pavillons à Gibraltar et en Inde.

Le développement à la maison a été aidé par la nomination par brevet des Grands Maîtres provinciaux pour représenter le Grand Maître dans les Comtés. Le succès de la première Grande Loge a été couronné en 1782 par l'installation de SAR Henry Frederick, Duc de Cumberland comme Grand Maître.

En 1768, le premier Grand Lodge prit la décision capitale de construire un Hall à Londres. Un site a été acheté dans la rue Great Queen, un concours d'architecture a eu lieu, la pierre de fondation a été posée, et le 23 mai 1776, la salle a été officiellement consacrée à la franc-maçonnerie.

 En plus de fournir des bureaux et des salles de réunion, le Hall, dirigé par la Freemasons 'Tavern, était un lieu populaire pour des concerts, des récitals musicaux et littéraires, des dîners et des bals pendant la «saison» londonienne.

Conçu par Thomas Sandby (1721-1798), le Grand Hall a survécu jusqu'en 1931 quand il a été trouvé structurellement défectueux et a été démoli.

La troisième et la présente, la Freemasons 'Hall, a été construite en 1927-1933, par des abonnements volontaires, en mémoire de ceux qui ont donné leur vie durant la Première Guerre mondiale.

 En plus d'être le siège de la franc-maçonnerie anglaise, le Hall constitue un point de rencontre central pour les Lodges et les Chapitres de Londres. Outre le Grand Temple, il y a dix-neuf salles de loges, ainsi que des salles de conférence et de comité pour des réunions plus informelles. Des bureaux sont fournis au Grand Secrétaire et à son personnel pour administrer l'Artisanat, l'Arche Royale et la Grande Charité, et des ateliers pour l'entretien nécessaire du tissu.

La bibliothèque et le musée servent à la fois de dépôt pour les archives et les trésors de la franc-maçonnerie et de centre d'information pour les chercheurs et les visiteurs du monde entier.

 Montauban est une commune française, chef-lieu du département de Tarn-et-Garonne situé dans la région Occitanie. Montauban est la commune la plus peuplée du Tarn-et-Garonne et la sixième plus peuplée d'Occitanie. En 2015 la commune compte 61 452 habitants1, appelés les Montalbanais. En 2014, l'unité urbaine comptait 76 624 habitants et l'aire urbaine 108 953 habitants. Elle est classée « ville d'art et d'histoire » et depuis 2015 parmi les « Grands Sites de Midi-Pyrénées ». La commune est connue pour être le lieu de naissance de plusieurs hommes et femmes célèbres : Jean-Auguste-Dominique Ingres, l'un des plus grands peintres du xixe siècle, la ville étant d'ailleurs surnommée « la Cité d'Ingres », Antoine Bourdelle, le sculpteur, Olympe de Gouges (1748-1793) femme de lettres et femme politique, et enfin Jeanbon Saint-André (1749-1813) qui participa entre autres à l'adoption du drapeau tricolore français moderne. L'épisode historique connu sous le nom « les 400 coups » s'y est déroulé lors du siège de la ville huguenote, par Louis XIII, en 1621.

 La commune de Montauban est située dans le Midi de la France, dans le département de Tarn-et-Garonne, sur l'axe de communication entre la mer Méditerranée et l'océan Atlantique. Elle se présente comme une vaste plaine découpée en terrasses par les plaines alluviales du Tarn, de l’Aveyron, et du Tescou. Un réseau hydrographique secondaire vient à son tour former de nombreux vallons. Le paysage a été façonné par les mouvements de ce réseau hydrographique. La présence d’alluvions (dépôts de sédiments charriés par un cours d’eau) sur une large partie du territoire de la commune atteste de ce phénomène. L’altitude varie entre 75 et 80 mètres pour les points les plus bas de la commune (aux abords des lits mineurs du Tarn et de l’Aveyron), et entre 180 à 210 mètres pour les points les plus hauts, situés sur les plateaux4.  Vers le sud par temps clair, la chaîne de montagnes pyrénéenne est visible. Elle est à la croisée de grands itinéraires européens, comme les axes majeurs est-ouest E80 Rome-Lisbonne ou nord-sud E9 Paris-Barcelone. Géographiquement, elle se localise à 177 kilomètres du pic d'Aneto (3 404 mètres), point culminant des Pyrénées, 215 kilomètres de la mer Méditerranée à Gruissan dans l'Aude à l'est, 287 kilomètres de l'océan Atlantique à Capbreton dans les Landes à l'ouest ainsi qu'à 236 kilomètres d'Andorre. Le canal du Midi, œuvre de Pierre-Paul Riquet, qui reprend une courbe artificielle de la Garonne vers la Méditerranée est relié directement à Montauban par le canal de Montech.

 Attestée sous la forme Monte albano en 1267.  En occitan (languedocien), le nom de la commune s'orthographie Montalban (prononcé Mountalba). L'origine étymologique telle qu'elle est citée dans la charte de fondation, en 1144, ne fait aucun doute: il s'agit de mons albanus qui en latin signifie bien mont blanc. On a souvent opposé mons albanus à mons aureolus qui dans les sources nomme le site de l'abbaye de Montauriol qualifié ainsi de mont doré. Une explication très hypothétique affirme que la ville de Mons albanus est située sur un rebord de coteau où l'on trouvait de nombreux saules, dont le dos des feuilles est blanc, et qui donnaient une impression de mont blanc. Paul Burgan et André Lafon évoquent "la malice d'une telle appellation" qui serait due à la fondation de cette ville neuve et du château comtal en l'opposant "ironiquement" au mont doré de l'abbaye qui rejetait catégoriquement la création d'une ville neuve. Durant la Révolution française, la commune porte le nom de Rive-Civique.

 

Région       Occitanie

Département      Tarn-et-Garonne

(préfecture)

Arrondissement  Montauban

(chef-lieu)

Canton      Bureau centralisateur de Montauban-1

Montauban-2

Montauban-3

Intercommunalité       Grand Montauban

(siège)

Maire

Mandat      Brigitte Barèges

2014-2020

Code postal        82000

Code commune  82121

Démographie

Gentilé      Montalbanais

Population

municipale 58 826 hab. (2014 en augmentation de 4,81 % par rapport à 2009)

Densité      435 hab./km2

Population

aire urbaine       108 953 hab. (2013)

Géographie

Coordonnées      44° 01′ 05″ nord, 1° 21′ 21″ est

Altitude      Min. 72 m

Max. 207 m

Superficie  135,17 km2

 

Site Web : http://www.montauban.com/


Découvrez nos partenaires ci-dessous