Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Commandez les en ligne dès maintenant... chez vous dans 48h

Ce Manuel de survie propose, avec plein d’humour et de lucidité, des pistes pour comprendre l'envie de changer de Loge ou la désillusion.

Commandez-le en ligne dès maintenant



 Visiter le site 
Comment et pourquoi devenir Franc-maçon. Ce livre répond à toutes les questions sous forme de dialogue avec un ami.

Commandez-le en ligne dès maintenant



 Visiter le site 
Quand les Loges sont incapables d'instruire leurs Apprentis, faute de Maîtres compétents. Ce Manuel vous aide sur le chemin du travail.

Commandez-le en ligne dès maintenant



 Visiter le site 

Franc-maçonnerie à Paris

"Ma Franc-maçonnerie mise à nu... pour les profanes à Paris et en IDF"

Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 


Franc-maçonnerie à Paris et IDF (Ile de France)

 Histoire de la franc-maçonnerie : Personne ne sait avec certitude comment ou quand la Fraternité Maçonnique a été formée. Une théorie largement acceptée parmi les érudits maçonniques est qu'elle est née des guildes des maçons au cours du Moyen Age. Le langage et les symboles utilisés dans les rituels de la fraternité viennent de cette époque. Le document le plus ancien qui fait référence aux Maçons est le Poème Regius, imprimé vers 1390, qui était une copie d'un travail antérieur. En 1717, quatre lodges à Londres forment la première Grande Loge d'Angleterre et les registres sont plus complets à partir de ce moment.

 En trente ans, la fraternité s'était répandue en Europe et dans les colonies américaines. La franc-maçonnerie est devenue très populaire dans l'Amérique coloniale. George Washington était un maçon, Benjamin Franklin était le chef de la fraternité en Pennsylvanie, tout comme Paul Revere et Joseph Warren au Massachusetts. John Hancock, John Sullivan, Lafayette, le baron Fredrick von Stuben, Nathanael Greene et John Paul Jones sont d'autres maçons bien connus impliqués dans la fondation de l'Amérique. Un autre maçon, le juge en chef John Marshall, a façonné la Cour suprême dans sa forme actuelle.

 Au cours des siècles, la franc-maçonnerie s'est développée en une fraternité mondiale mettant l'accent sur l'étude personnelle, l'amélioration de soi et l'amélioration sociale par l'engagement individuel et la philanthropie. À la fin des années 1700, elle fut l'une des organisations les plus responsables de la diffusion des idéaux des Lumières: la dignité de l'homme et la liberté de l'individu, le droit de chacun à pratiquer son culte, la formation de gouvernements démocratiques et importance de l'éducation publique. Les maçons ont soutenu les premières écoles publiques en Europe et en Amérique. Au cours des années 1800 et début des années 1900, la franc-maçonnerie a connu une croissance spectaculaire. À l'époque, le gouvernement n'avait fourni aucun «filet de sécurité» social. La tradition maçonnique de fonder des orphelinats, des maisons pour veuves et des maisons pour personnes âgées a fourni la seule sécurité que beaucoup de gens connaissaient.

 Aujourd'hui, en Amérique du Nord, la Fraternité maçonnique perpétue cette tradition en injectant près de 1,5 million de dollars par jour dans des hôpitaux pour enfants, soignant les troubles du langage chez l'enfant, soignant les maladies oculaires, finançant la recherche médicale, contribuant au service communautaire local et attention aux maçons et à leurs familles dans les maisons maçonniques. Les quatre millions de maçons à travers le monde continuent d'aider les hommes et les femmes à affronter les problèmes du 21ème siècle en construisant des ponts de fraternité et en inculquant au cœur des hommes des idéaux pour un avenir meilleur.

 Déclaration sur la franc-maçonnerie et la religion : Principes de base. La franc-maçonnerie n'est pas une religion, ni un substitut à la religion. Il exige de ses membres une croyance en Dieu comme faisant partie de l'obligation de tout adulte responsable, mais ne préconise aucune foi ou pratique sectaire. Les cérémonies maçonniques comprennent des prières, à la fois traditionnelles et improvisées, pour réaffirmer la dépendance de chaque individu vis-à-vis de Dieu et pour rechercher la direction divine. La franc-maçonnerie est ouverte aux hommes de toute confession, mais la religion ne peut être discutée lors des réunions maçonniques.

 L'Être suprême. Les maçons croient qu'il y a un seul Dieu et que les gens emploient différentes manières de chercher et d'exprimer ce qu'ils savent de Dieu. La maçonnerie utilise principalement l'appellation «grand architecte de l'univers» et d'autres titres non sectaires pour s'adresser à la divinité. De cette manière, les personnes de différentes confessions peuvent se réunir dans la prière, en se concentrant sur Dieu, plutôt que sur les différences entre elles. La maçonnerie croit en la liberté religieuse et que la relation entre l'individu et Dieu est personnelle, privée et sacrée.

 Volume de la Loi Sacrée. Un volume ouvert de la Loi Sacrée, «la règle et le guide de la vie», est une partie essentielle de toute réunion maçonnique. Le volume de la loi sacrée dans la tradition judéo-chrétienne est la Bible; aux francs-maçons d'autres religions, c'est le livre tenu saint par eux.

 Le serment de la franc-maçonnerie. Les obligations prises par les francs-maçons sont assermentées sur le volume de la loi sacrée. Ils s'engagent à suivre les principes de la franc-maçonnerie et à garder secrets les moyens de reconnaissance d'un franc-maçon. Les «pénalités» très discutées, vestiges judiciaires d'une époque antérieure, sont symboliques et non littérales. Ils se réfèrent uniquement à la douleur que tout homme honnête devrait ressentir à la pensée de violer sa parole.

 La franc-maçonnerie comparée à la religion. La franc-maçonnerie n'a pas les éléments de base de la religion: (a) Elle n'a pas de dogme ou de théologie, pas de désir ou de moyen pour imposer l'orthodoxie religieuse. (b) Il n'offre pas de sacrements. (c) Elle ne prétend pas conduire au salut par des œuvres, par des connaissances secrètes, ou par tout autre moyen. Les secrets de la franc-maçonnerie concernent les modes de reconnaissance, pas les moyens de salut.

 La franc-maçonnerie soutient la religion. La franc-maçonnerie est loin d'être indifférente à la religion. Sans interférer dans la pratique religieuse, il s'attend à ce que chaque membre suive sa propre foi et place son devoir devant Dieu au-dessus de tous les autres devoirs. Ses enseignements moraux sont acceptables pour toutes les religions.

 Paris est la capitale de la France. Elle se situe au cœur d'un vaste bassin sédimentaire aux sols fertiles et au climat tempéré, le bassin parisien, sur une boucle de la Seine, entre les confluents de celle-ci avec la Marne et l'Oise. Ses habitants s’appellent les Parisiens. Paris est également le chef-lieu de la région Île-de-France et l'unique commune française qui est en même temps un département. Commune centrale de la Métropole du Grand Paris, créée en 2016, elle est divisée en arrondissements, comme les villes de Lyon et de Marseille, au nombre de vingt. L’État y dispose de prérogatives particulières exercées par le préfet de police de Paris.

 Ville la plus peuplée de France, elle est troisième parmi les aires urbaines européennes derrière Moscou et Istanbul et la 29e plus peuplée du monde. Paris compte 2,22 millions d'habitants au 1er janvier 2014. L'agglomération parisienne s’est largement développée au cours du xxe siècle, rassemblant 10,66 millions d'habitants au 1er janvier 2014, et son aire urbaine (l'agglomération et la couronne périurbaine) comptait 12,48 millions d'habitants.

 La position de Lutèce, sur une île permettant le franchissement du grand fleuve navigable qu'est la Seine par une voie reliant le Nord et le Sud des Gaules, en fait dès l'Antiquité une cité importante, capitale des Parisii, puis lieu de séjour d'un empereur romain. Sa position au centre du territoire contrôlé par les rois Francs la fait choisir comme capitale de la France à la place de Tournai. Située au cœur d'un territoire agricole fertile avec un climat humide et doux, Paris devient une des principales villes de France au cours du xe siècle, avec des palais royaux, de riches abbayes et une cathédrale ; au cours du xiie siècle, avec l'Université de Paris, la cité devient un des premiers foyers en Europe pour l’enseignement et les arts. Le pouvoir royal se fixant dans cette ville, son importance économique et politique ne cesse de croître. Ainsi, au début du xive siècle, Paris est l'une des villes les plus importantes du monde chrétien. Au xviie siècle, elle est la capitale de la principale puissance politique européenne, au xviiie siècle l'un des plus grands centres culturels de l’Europe et au xixe siècle la capitale des arts et des plaisirs. Paris joue donc un rôle culturel, politique et économique majeur dans l’histoire de l'Europe et du monde occidental au cours du IIe millénaire.

 Symbole de la culture française, abritant de nombreux monuments, la ville, surnommée la Ville Lumière, attire en 2013 près de 32 millions de visiteurs par an ce qui en fait une des capitales les plus visitées au monde. Paris occupe également une place prépondérante dans le milieu de la mode et du luxe. La capitale française n'est jumelée qu'avec une seule autre ville, Rome, ce qui est valable dans l'autre sens, avec ce slogan : « Seul Paris est digne de Rome, seule Rome est digne de Paris ». Paris sera, par ailleurs, en 2024 la deuxième ville après Londres à avoir accueilli trois fois les Jeux olympiques après ceux de 1900 et ceux de 1924.

 La ville est, avec sa banlieue, la capitale économique et commerciale de la France, ainsi que sa première place financière et boursière. La région parisienne, avec un produit intérieur brut (PIB) de 649 milliards d'euros en 2014, est un acteur économique européen majeur. L'Île-de-France est la huitième région la plus riche d'Europe avec un PIB par habitant de 46 600 € en 2013 contre 86 400 pour le Grand Londres. Paris est le siège de plusieurs organisations internationales comme l'UNESCO ou l'OCDE. Elle est la première région européenne par le PIB régional, devant la Rhénanie du Nord-Westphalie (627 milliards) et le Grand Londres (509 milliards).

 La densité de ses réseaux ferroviaire, autoroutier et de ses structures aéroportuaires en font un point de convergence pour les transports nationaux et internationaux. Cette situation résulte d’une longue évolution, en particulier des conceptions centralisatrices des monarchies et des républiques, qui donnent un rôle considérable à la capitale dans le pays et tendent à y concentrer les institutions. Depuis les années 1960, les politiques gouvernementales oscillent toutefois entre déconcentration et décentralisation. La macrocéphalie dont est atteinte la ville se concrétise par la convergence de la plupart des réseaux routiers et ferroviaires du pays en son centre et des écarts démographiques et économiques disproportionnés entre la capitale et la province (près de 19 % de la population française est dans l'aire urbaine de Paris).

 Au milieu du Bassin parisien, deux îles sur la Seine constituent le cœur historique de Paris : l'île Saint-Louis, la plus à l'est et l'île de la Cité, la plus à l'ouest . La ville s'étend de part et d'autre du fleuve, sur une superficie environ deux fois supérieure au nord, sur la rive droite, à celle au sud, sur la rive gauche. Plusieurs reliefs composés de buttes-témoin gypseuses forment de petites collines : sur la rive droite, Montmartre (131 m), Belleville (128,5 m), Ménilmontant (108 m), les Buttes-Chaumont (103 m), Passy (71 m) et Chaillot (67 m) ; sur la rive gauche, Montparnasse (66 m), la Butte-aux-Cailles (63 m) et la Montagne Sainte-Geneviève (61 m). Paris intra-muros, délimitée de fait en 1844 par l'enceinte de Thiers, puis administrativement en 1860 par l'annexion de communes ou de leurs quartiers, est aujourd'hui séparée de ses communes limitrophes par une frontière artificielle1, le boulevard périphérique, voie rapide urbaine de 35 km. Les accès routiers se font par les portes de Paris ou par les routes et autoroutes qui rejoignent cette rocade, dont la couverture progressive permet de mieux ouvrir Paris à son agglomération. Au-delà de l'enceinte de Thiers, deux grands espaces boisés ont été aménagés par le baron Haussmann, préfet de la Seine de 1853 à 1870, sur des communes voisines, avant d'être rattachés à Paris en 1929 : à l'ouest, le Bois de Boulogne (846 hectares, 16e) et à l'est, le Bois de Vincennes (995 hectares, 12e), ce qui porte le périmètre de la ville à 54,74 km. Paris s'étend également sur l'héliport (15e arrondissement). Plus anecdotique, depuis 1864, la ville de Paris est propriétaire du domaine entourant les sources de la Seine, à 231 km de la ville. La superficie de la ville de Paris est deb 1 105,40 km2 (113e rang des communes de France métropolitaine). Son périmètre en longeant le boulevard périphérique est de 35 km, sa longueur est-ouest de 18 km, et celle nord-sud de 9,5 km. Son unité urbaine s'étend sur 2 845 km2 et rassemble 10 659 489 habitants en 2014, répartis dans 412 communes d'Île-de-France. Le point zéro des routes de France est matérialisé par une dalle située devant Notre-Dame de Paris.

Le nom de la cité est attesté pour la première fois par Jules César, au milieu du ier siècle av. J.-C., dans la Guerre des Gaules, sous la forme Lutecia ou Lutetia (selon les manuscrits). On trouve ensuite Lutetia apud Parisios au ive siècle (Parisios étant à l'accusatif pluriel) ; puis Parisios [usque] en 400 - 410, et enfin Paris, attestée dès 887. Le mot Paris est issu du nom du peuple gaulois des Parisii (au datif locatif pluriel : Parisiis), dont Paris était la capitale à l'époque gallo-romaine. La première désignation Lutetia (Lutèce) a été remplacée au ive siècle, suivant un processus général observé dans la Gaule du Bas Empire pour les capitales de civitas (cités gallo-romaines) : celles-ci furent d'abord appelées de leur nom originel complété du nom du peuple dont elles étaient la capitale, comme Lutecia des Parisii en l'occurrence. Puis le nom du peuple au datif locatif est seul resté, le nom signifiant alors chez les Parisii (voir entre autres Angers capitale des Andécaves, Tours des Turones, Évreux des Eburovices, Saintes des Santons, Poitiers des Pictons, Amiens des Ambiens, etc., qui sont toutes dans le même cas). Selon Pierre-Henry Billy, Lutetia pourrait être issu du gaulois *luta, boue, avec le suffixe -etia, ce qui correspond très bien à la nature du terrain décrit par César dans la Guerre des Gaules (existence d'un marais permanent qui déversait ses eaux dans la Seine). Quant à l'étymologie de l'ethnonyme Parisii, elle n'est pas connue avec certitude. Il pourrait provenir du gaulois *pario, chaudron (cf. le provencal pairol de même sens), signifiant alors « Ceux du chaudron », avec une référence mythique et sacrée (thème celtique du chaudron d'abondance représentant la survie dans l'Au-delà et les richesses de l'Autre Monde).

Les Parisii ont donné leur nom à Paris, ainsi qu'au pays du Parisis (maintenant « pays de France »), qui subsiste dans Villeparisis, Cormeilles-en-Parisis, Fontenay-en-Parisis. On trouvait également des gaulois de la même tribu des Parisii en Angleterre, dans l'actuel Yorkshire de l'Est.

 

Région       Île-de-France (préfecture)

Département      Paris (préfecture)

Arrondissement  Paris (chef-lieu)

Canton      Chef-lieu de 20 cantons (les arrondissements)

Intercommunalité       Métropole du Grand Paris

Maire

Mandat      Anne Hidalgo (PS)

2014-2020

Code postal        75001 à 75020 et 75116

Code commune  75056 et de 75101 à 75120

Démographie

Gentilé      Parisiens

Population

municipale 2 220 445 hab. (2014en diminution de -0.61 % par rapport à 2009)

Densité      21 067 hab./km2

Population

aire urbaine       12 475 808 hab. (2014)

Géographie

Coordonnées      48° 51′ 24″ nord, 2° 21′ 07″ est

Altitude      Min. 28 m

Max. 131 m

Superficie  105,40 km2

 

Site Web : http://www.paris.fr/


Découvrez nos partenaires ci-dessous