Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Pour tout comprendre facilement de la Franc-maçonnerie

           COMMANDEZ-LE DES MAINTENANT          LE PREMIER LIVRE QUI PRÉPARE SÉRIEUSEMENT LES CANDIDATS A DEVENIR MAçONS  

- Enfin un ouvrage clair, qui répond aux questions pour comprendre la Franc-maçonnerie.

- 230 Pages de questions / Réponses, utile et efficace avant d'envoyer sa candidature.

- Liste des Obédiences maçonniques pour prendre contact. 

- Les choses à faire et à ne pas faire, à dire et à ne pas dire. A LIRE ABSOLUMENT


        Livré en 48h / Satisfait ou remboursé                                                 ACHETER MAINTENANT                PRIX : 17,50 € + frais postaux  

Franc-maçonnerie à Saint-Lô

"Ma Franc-maçonnerie mise à nu... pour les profanes à Saint-Lô"

Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 


Franc-maçonnerie à Saint-Lô

 Histoire de la Franc-maçonnerie : En 1984, RW Bro. Jeremy Pemberton, président du Conseil d'administration de la Grande Loge unifiée d'Angleterre, a prononcé un discours à la Conférence du centenaire de la Grande Loge d'Australie-Méridionale. Il a couvert si complètement l'histoire de la franc-maçonnerie qu'il est reproduit ici dans son intégralité:

 Il y a une expression maçonnique très utilisée, "le temps immémorial", qui est devenue presque insignifiante, mais qui a une certaine commodité, nous permettant de passer rapidement de nombreuses failles dans notre histoire. En tant qu'avocat, je ne peux m'empêcher de rappeler qu'en temps de loi anglaise, le temps avant 1189 - le début du règne du roi Richard Ier. En maçonnerie, il était de coutume de dire que le métier existait depuis des temps immémoriaux, ce qui signifie que nous ne savons pas. quand il a pris naissance, et l'utilisation de cette expression «temps immémorial», a permis à beaucoup d'écrivains maçonniques de donner libre cours à leur imagination en écrivant sur nos origines. Le Dr. James Anderson, en compilant les premières Constitutions officielles de 1723, a préfacé les Règlements avec une prétendue histoire de la Maçonnerie remontant à Adam dans le Jardin d'Eden, et allant de là à inclure de nombreuses personnalités bibliques, historiques et légendaires. en tant que protecteur, promoteurs ou Grands Maîtres de l'Art.

 Beaucoup d'auteurs ultérieurs suivirent l'exemple d'Anderson et, sans fournir de preuves factuelles, tentèrent de prouver que la franc-maçonnerie descendait des Mystères antiques des temps classiques, les constructeurs pyramidaux égyptiens, le roi Salomon lui-même, la Collegia romaine, les Comacine Masters, les Steinmetzen allemands, les Français. Compagnionage, les Templiers Médiévaux ou les Rose-Croix. La théorie la plus durable et la plus probable est que nous sommes descendus directement ou indirectement des maçons de pierre médiévaux qui ont construit les grandes cathédrales et châteaux. Bien qu'il existe de nombreuses preuves qui démontrent apparemment un lien entre la maçonnerie opérative et la maçonnerie spéculative, tout comme la théorie de l'évolution de Darwin, il manque des liens qui doivent être trouvés avant que la théorie ne devienne une descendance linéaire prouvée.

 Ceux qui préconisent la théorie d'un lien direct entre la maçonnerie opérative et spéculative fondent leurs revendications sur une combinaison de preuves provenant d'Angleterre et d'Écosse. En Angleterre, la loge du maçon opératif était simplement une cabane en bois dans laquelle il prenait son rafraîchissement et gardait ses outils. En Ecosse, le Mason's Lodge était une unité géographiquement définie contrôlant les salaires et les conditions de travail des tailleurs de pierre.

 Ces loges écossaises ont eu une brève cérémonie d'initiation pour les apprentis, et ont eu un mot secret, qui a permis à leurs membres de gagner du travail et de subsistance quand ils ont voyagé d'un site à l'autre. Au 17ème siècle ces loges écossaises ont commencé à admettre la gentry locale comme les membres "non-opératifs" ou "les francs-maçons", et l'affirmation est que ces non-ouvriers ont graduellement commencé à prendre l'ascendant sur les opérateurs dans la période de transition les loges et les ont transformées en loges de francs-maçons purement spéculatifs. Malheureusement pour les partisans de cette théorie, il n'y a aucune évidence ferme d'un développement semblable en Angleterre; En effet, en Angleterre, il n'y a aucune preuve de l'existence de loges opératoires ou d'un mot Mason. Au 17ème siècle, la première preuve que nous avons d'une initiation purement spéculative en Angleterre est celle d'Elias Ashmole dans une loge occasionnelle tenue à Warrington en 1646, aucune des personnes présentes n'ayant quelque chose à voir avec le vaisseau opératif. De cet événement jusqu'à la formation de la première Grande Loge en 1717, toutes les preuves en Angleterre se produisent dans un contexte purement spéculatif.

 Ceux qui, d'un autre côté, soutiennent un lien indirect avec la maçonnerie opérative, prétendent qu'elle découle des divisions religieuses et politiques des XVIe et XVIIe siècles. Ils supposent que les fondateurs de la maçonnerie spéculative étaient des hommes de bonne volonté, mais d'opinions différentes, qui voulaient s'unir pour promouvoir un mode de vie basé sur les principes de l'amour, du soulagement et de la vérité fraternels, sans l'intrusion dogme politique. Dans la tradition de leur temps ils ont promu leur philosophie par l'allégorie et le symbolisme, et comme leur idée centrale était la construction d'un monde meilleur, dans lequel l'humanité pourrait être mieux préparée pour la vie éternelle, ils ont pris comme allégorie la construction du roi Salomon. Temple, le seul bâtiment décrit en détail dans la Bible; et a adopté les formes et les outils de travail des maçons de pierre sur lesquels construire leur symbolisme de plus en plus élaboré. Si donc nos origines restent enveloppées de mystère, quels sont les faits?

 Le 24 juin 1717, quatre loges londoniennes, qui existaient peut-être depuis trente ans, se sont réunies pour former une Grande Loge, la première au monde. Lors de leur réunion, ils ont élu Anthony Sayer, l'un des principaux maîtres présents, pour être le premier grand maître et résolu de se réunir tous les ans. Au départ, c'était tout ce qui était fait.

 Saint-Lô est une commune française de 19 301 habitants, située dans le département de la Manche et la région Normandie. Deuxième plus grande ville de la Manche par le nombre d'habitants après Cherbourg, elle accueille la préfecture du département. Elle est également chef-lieu d'un arrondissement et de deux cantons (Saint-Lô - Saint-Lô-). Ses habitants sont appelés Saint-Lois(es). Les noms de Laudois(es), Laudien(ne)s ou Laudinien(ne)s sont également cités1. Ville martyre de la Seconde Guerre mondiale, Saint-Lô fut décorée de la Légion d'honneur en 1948 et reçut le surnom de « Capitale des Ruines », une expression popularisée par Samuel Beckett. De nos jours, la ville connaît une réhabilitation progressive de son centre historique. Saint-Lô est situé dans le centre de la Manche, au milieu du bocage saint-lois, à 57 km à l'ouest de Caen, à 78 km au sud de Cherbourg et à 119 km au nord de Rennes.

 La cité est née sous le nom de Briovère sur un éperon rocheux en schiste appartenant au massif armoricain, dans le Cotentin, entre les confluents de la Vire — que le centre-ville domine — avec la Dollée et le Torteron, deux rivières canalisées dans leur partie urbaine. Ce cœur historique de la ville est devenu L'Enclos, un site bien adapté à la défense passive. L'est du territoire est l'ancienne commune de Sainte-Croix-de-Saint-Lô, le sud celle de Saint-Thomas-de-Saint-Lô, absorbées en 1964. La paroisse est dédiée à Laud de Coutances, évêque de Coutances au vie siècle. À l’époque gallo-romaine, la cité s'appelait Briovera dit en français Briovère, ce qui signifie « pont sur la Vire » en langue celtique, de bri(v)a, pont et Vera, la Vire.

 Saint-Lô a longtemps été un centre important de l'économie normande. Elle a ainsi attiré la convoitise des peuples voisins, notamment des Anglais, ayant pour conséquence des nombreuses invasions successives. Elle a perdu sa position dominante vers la fin du xixe siècle car elle n'a pas su profiter de la première révolution industrielle qui a au contraire beaucoup touché la population majoritairement paysanne. La politique de décentralisation permet cependant à la ville de revenir au premier plan. Il existe une forme d’habitat dès l’époque gallo-romaine. Occupée par la tribu gauloise des Unelles du Cotentin, Briovère fut conquise par les Romains dirigés par Quintus Titurius Sabinus en -56, après la défaite de leur chef Viridorix au mont Castre10. La paix romaine engendre le développement de domaines ruraux gallo-romains, sur le modèle des villae rusticae romaines comme à Canisy, Marigny, Tessy-sur-Vire, dont les noms sont basés sur le suffixe -i-acum de localisation d'origine celtique -i-*āko- et souvent composées avec un nom de personne latin, porté par un indigène gallo-romain. Puis, la région fut le théâtre des diverses invasions saxonnes pendant le iiie siècle. Les Francs n'y établirent qu'un pouvoir administratif, Briovère ayant néanmoins le droit de battre de la monnaie. L'historien Claude Fauchet prétend que « le Coutentin, du temps mesme de nos rois Mérovingiens, estoit habité par les Sesnes (Saxons), pirates, et semble avoir esté abandonné par les Charliens, comme variable et trop esloigné de la correction de nos rois, aux Normands et autres escumeurs de mer… »

 L'église de Sainte-Croix y fut bâtie en 300 sur les ruines dit-on d'un temple de Cérès11. Le christianisme se développe assez tardivement ; on ne compte que quatre évêques de Coutances avant 511. Après la mort de l'évêque Laud de Coutances, il est béatifié et fut particulièrement honoré à Briovère, qui aurait abrité son tombeau. Un pèlerinage y était effectué et la ville prit alors le nom de Saint-Laud

 

Région       Normandie

Département      Manche (préfecture)

Arrondissement  Saint-Lô (chef-lieu)

Canton      Saint-Lô-1

Saint-Lô-2

Intercommunalité       Saint-Lô Agglo

Maire

Mandat      François Brière

2014–2020

Code postal        50000

Code commune  50502

Démographie

Gentilé      Saint-Lois

Population

municipale 19 301 hab. (2015 en augmentation de 3,11 % par rapport à 2010)

Densité      832 hab./km2

Population

aire urbaine       52 028 hab. (2013)

Géographie

Coordonnées      49° 06′ 52″ nord, 1° 05′ 30″ ouest

Altitude      Min. 7 m

Max. 134 m

Superficie  23,19 km2

 

Site Web : http://www.saint-lo.fr/


Découvrez nos partenaires ci-dessous