Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Commandez les en ligne dès maintenant... chez vous dans 48h

Ce Manuel de survie propose, avec plein d’humour et de lucidité, des pistes pour comprendre l'envie de changer de Loge ou la désillusion.

Commandez-le en ligne dès maintenant



 Visiter le site 
Comment et pourquoi devenir Franc-maçon. Ce livre répond à toutes les questions sous forme de dialogue avec un ami.

Commandez-le en ligne dès maintenant



 Visiter le site 
Quand les Loges sont incapables d'instruire leurs Apprentis, faute de Maîtres compétents. Ce Manuel vous aide sur le chemin du travail.

Commandez-le en ligne dès maintenant



 Visiter le site 

Franc-maçonnerie à Rouen

"Ma Franc-maçonnerie mise à nu... pour les profanes à Rouen"

Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 


Franc-maçonnerie à Rouen

 Histoire de la franc-maçonnerie : Dans les cérémonies, on dit aux francs-maçons que la Franc-Maçonnerie existait quand le Roi Salomon a construit le Temple à Jérusalem et que les maçons qui ont construit le Temple ont été organisés en Loges.

 On dit aussi aux francs-maçons que le roi Salomon, le roi Hiram de Tyr et Hiram Abif ont régné sur ces loges en tant que grands maîtres égaux. Les cérémonies, cependant, sont construites d'allégorie et de symbolisme et les histoires qu'elles tissent autour de la construction du Temple ne sont évidemment pas des faits littéraux ou historiques mais un moyen dramatique d'expliquer les principes de la franc-maçonnerie. La franc-maçonnerie ne naquit ni n'existait à l'époque de Salomon.

 Beaucoup d'historiens bien intentionnés mais mal orientés, Maçons et non-maçons, ont essayé de prouver que la franc-maçonnerie était un descendant linéaire ou une version moderne des mystères de la Grèce classique et de Rome ou dérivée de la religion des constructeurs pyramidaux égyptiens. D'autres théories estiment que la franc-maçonnerie est issue de bandes de maçons itinérants agissant par l'autorité papale. D'autres sont encore convaincus que la franc-maçonnerie a évolué à partir d'une bande de Templiers qui se sont enfuis en Ecosse après que l'ordre ait été persécuté en Europe.

 Certains historiens ont même prétendu que la Franc-Maçonnerie dérive en quelque sorte de la Confrérie Rosicrucienne, mystérieuse et mystérieuse, qui existait ou non en Europe au début des années 1600. Toutes ces théories ont été examinées à plusieurs reprises, mais aucune preuve tangible n'a encore été trouvée pour leur donner de la crédibilité.

 Les réponses honnêtes aux questions quand, où et pourquoi la franc-maçonnerie est née sont que nous ne savons tout simplement pas. Les premières preuves de la franc-maçonnerie sont très maigres et pas encore suffisamment découvertes - si tant est qu'elle existe - pour prouver une théorie. L'accord général entre les historiens et les chercheurs maçonniques sérieux est que la franc-maçonnerie est née, directement ou indirectement, des maçons médiévaux (ou maçons opératifs) qui ont construit de grandes cathédrales et châteaux.

 Ceux qui favorisent la descente directe de la maçonnerie opérative disent qu'il y avait trois étapes à l'évolution de la franc-maçonnerie. Les tailleurs de pierre se sont réunis dans des huttes (loges) pour se reposer et manger. Ces loges devinrent progressivement non plus la cabane mais le regroupement des tailleurs de pierre pour réguler leur métier. À temps, et en commun avec d'autres métiers, ils ont développé des cérémonies d'initiation primitives pour les nouveaux apprentis.

 Comme les maçons pouvaient facilement se déplacer d'un chantier à l'autre dans tout le pays, et comme il n'y avait pas de cartes syndicales ou de certificats d'apprentissage, ils commencèrent à adopter un mot privé qu'un maçon itinérant pouvait utiliser lorsqu'il arrivait sur un nouveau site. pour prouver qu'il était correctement formé et avait été membre d'une loge. Il était, après tout, plus facile de communiquer un mot spécial pour prouver que vous saviez ce que vous faisiez et avez eu droit au salaire qu'il méritait de passer des heures à tailler un bloc de pierre pour démontrer vos compétences.

 Nous savons qu'au début des années 1600, ces loges opératoires commencèrent à admettre des hommes qui n'avaient aucun lien avec les francs-maçons acceptés ou les gentilshommes. Pourquoi cela a été fait et quelle forme de cérémonie a été utilisée n'est pas connue. À mesure que les années 1600 touchaient à leur fin, de plus en plus de gentilshommes commencèrent à rejoindre les loges, les prenant peu à peu et les transformant en loges de maçons libres, acceptés ou spéculatifs, n'ayant plus aucun lien avec le métier de tailleurs de pierre.

 Rouen est une commune du Nord-Ouest de la France traversée par la Seine, préfecture du département de la Seine-Maritime et préfecture de la région Normandie. Comptant 110 755 habitants, elle est la deuxième commune de Normandie après Le Havre et la trente-cinquième commune la plus peuplée de France. Elle n'en demeure pas moins capitale administrative (préfecture) de la région Normandie depuis le 28 septembre 2016 tandis que Caen accueille le siège du conseil régional (capitale politique) ; la Normandie présente donc la particularité de posséder une gouvernance bicéphale. Au 1er janvier 2016, son agglomération compte 466 021 habitants. En outre, elle est la commune la plus densément peuplée du Grand-Ouest français avec 5 218 hab./km2. Avec 658 285 habitants au 1er janvier 2012, son aire urbaine est la première de Normandie ainsi que la douzième de France, et la deuxième du Bassin parisien, après celle de Paris. Son bassin d'emploi, le premier de la région, atteint 829 210 habitants, ce qui fait de Rouen un grand pôle économique régional et national. Rouen est le siège d'une intercommunalité, Métropole Rouen Normandie, qui est la sixième métropole de France et la deuxième du Grand-Ouest français, après Nantes Métropole, avec 488 630 habitants en 2012.

 Forte d'un passé riche et prestigieux qu'elle tient en grande partie de l'ère médiévale, la ville de Rouen a été, entre 911 et 1204, la capitale du duché de Normandie, avant de connaître, à partir du xiiie siècle une remarquable expansion économique grâce, notamment, au commerce maritime et fluvial qui trouvait des avantages à cette cité traversée par la Seine. Disputée aussi bien par les Français que par les Anglais tout au long de la guerre de Cent Ans, c'est sur son sol que Jeanne d'Arc y a été provisoirement incarcérée, jugée puis brûlée vive le 30 mai 1431. Sévèrement touchée par la vague de bombardements de 1944, elle a néanmoins retrouvé un certain dynamisme dans l'après-guerre grâce à son grand port maritime, cinquième port français, et aux sites industriels qui s'y étaient établis. Dotée d'un riche patrimoine architectural qui s'est constitué tout au long de son histoire, de l'Antiquité à nos jours en passant par cette période charnière pour la ville qu'a été le Moyen Âge, Rouen est une importante capitale culturelle dans laquelle se trouvent de nombreux musées à la renommée certaine, comme le musée des Beaux-Arts, l'un des plus prestigieux de France, le musée Le Secq des Tournelles, unique en son genre en Europe, ou encore le musée national de l'Éducation. Les églises, abbayes et autres édifices religieux s'y trouvant en grand nombre lui valent le surnom de « ville aux cent clochers » ; sa cathédrale est l'une des plus hautes du monde. En outre, nombreux sont les artistes qui y sont nés ou y ont vécu, tels que Pierre Corneille, Théodore Géricault, Gustave Flaubert ou encore Marcel Duchamp.

 Siège d'un archidiocèse, elle accueille également une cour d'appel et une université. Tous les quatre à six ans, Rouen devient la vitrine d'un grand rassemblement de voiliers, baptisé « L'Armada », un événement exceptionnel dans le monde maritime. Rouen fait partie des rares villes décorées de la Légion d'honneur et de la Croix de guerre 1939-1945.

 Rouen se trouve à 136 km à l'ouest de la capitale française, Paris. À l'origine, la ville se situait sur la rive droite de la Seine. Aujourd'hui, elle inclut la rive gauche (quartier Saint-Sever en particulier, au sud du fleuve) et l'île Lacroix. Le nord de la ville, ou les « Hauts de Rouen », très vallonné, est dominé par un plateau sur lequel se trouvent une partie des villes de l’agglomération. La Seine couvre 179 ha de la superficie de la ville. On compte 306 ha d'espaces verts, 210 km de voies dont 16 km de pistes cyclables et 8 km de rues piétonnes, dont la rue du Gros-Horloge, qui fut en France la première rendue aux piétons (1971). Le port de Rouen a été l'un des plus importants ports français d'importation d'agrumes et de fruits tropicaux. Dans la deuxième moitié du xixe siècle, à la suite de la destruction de la quasi-totalité des vignobles français par le phylloxéra, l'activité portuaire a fortement augmenté avec l'importation de la production vinicole de l'Algérie.

 La transformation du port en a fait le premier port européen exportateur de céréales ; c'est aussi le premier port céréalier français. Un terminal pour conteneurs a aussi trouvé place dans l'activité portuaire. De grands armateurs ont marqué l'histoire portuaire. Des rues et des avenues de l'agglomération portent leurs noms. Il en est de même pour les anciennes activités maritimes avec l'Afrique du Nord (avec les rues de Tanger, de Constantine, etc.). Jusqu'au début des années 1960, le port étendait son emprise au cœur même de la ville et les navires de commerce accostaient jusqu'au pont Jeanne-d'Arc, presque en face de l'ancienne gare routière (rue Saint-Éloi). L'abbatiale Saint-Ouen, contiguë à l'Hôtel de Ville, est l'aboutissement de la Route des Abbayes de la vallée de la Seine, sur laquelle se trouvent l'abbaye de Saint-Wandrille, celle de Jumièges et celle de Saint-Martin-de-Boscherville.

  

Région       Normandie (préfecture)

Département      Seine-Maritime (préfecture)

Arrondissement  Arrondissement de Rouen

(chef-lieu)

Canton      Bureau centralisateur de :

Rouen-1

Rouen-2

Rouen-3

Intercommunalité       Métropole Rouen Normandie (siège)

Maire

Mandat      Yvon Robert (PS)

2014-2020

Code postal        76000 et 76100

Code commune  76540

Démographie

Gentilé      Rouennais

Population

municipale 110 618 hab. (2014 en diminution de 0,06 % par rapport à 2009)

Densité      5 174 hab./km2

Population

aire urbaine       660 256 hab. (2013)

Géographie

Coordonnées      49° 26′ 36″ nord, 1° 06′ 00″ est

Altitude      Min. 2 m

Max. 152 m

Superficie  21,38 km2

 

Site Web : http://www.rouen.fr/


Découvrez nos partenaires ci-dessous