Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Découvrez nos partenaires ci-dessous


Loges de Francs-maçons à Fontenay-sous-Bois

Comment entrer dans une Loge de Francs-maçons à Fontenay-sous-Bois 


Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 


En décembre 2012, un nouveau grand maitre est élu, il met en œuvre une restructuration de l’Obédience qui abouti en juin 2014, à une reprise de la reconnaissance de la Grande loge maçonnique unie d'Angleterre. En 2015, les Obédiences européennes ont toutes restauré leurs relations d'amitié avec la Grande loge maçonnique nationale française. Ces décisions parachèvent le rétablissement de sa reconnaissance au sein de l'ensemble des grandes loges maçonniques « régulières » dans le monde. Au cours de cette crise, la GLNF voit ses effectifs se réduire considérablement, passant de 43 500 membres en 2010 à 26 200 en mars 2013 et la création d'une nouvelle Obédience issue de celle-ci, la Grande loge maçonnique de l'Alliance maçonnique française (GL-AMF).

Principales Obédiences françaises - Voir l’article annexe : Liste d'Obédiences maçonniques#France. Partage des effectifs maçonniques en France par Obédience , en 2014. Obédiences françaises d'après leur nombre d'adhérent.e.s en 2014.  Il y a, en 2014, environ 175 000 adhérents aux diverses loges maçonniques maçonniques. Les Obédiences françaises ne se reconnaissent pas toutes entre elles mais leurs membres, indépendamment des nuances voire des divergences de leurs Obédiences, se reconnaissent le plus souvent entre eux comme frères et sœurs. Groupe de reconnaissance de la « Maçonnerie française »

 La « Maçonnerie française » (MF) est une association qui regroupe depuis juin 2001, huit Obédiences. L'organisation a notamment pour but la fondation d'organismes autour de la franc-maçonnerie, pour l'étude et la diffusion de celle-ci. L’Institut maçonnique de France (IMF) et, en 2002, l’Ordre maçonnique de La Fayette sont deux des associations fondées par la MF. L'Ordre de La Fayette est destiné à distinguer les francs-maçons étrangers ayant personnellement contribué, à travers le monde, à l’illustration des valeurs fondamentales de l’institution. Le tableau ci-dessous regroupe les Obédiences membres de la « Maçonnerie française », rangées dans un ordre protocolaire fondé sur leur ancienneté.

Groupe de reconnaissance de la « Maçonnerie française »        Date de fondation          Nbr. adhérents           Nbr. loges maçonniques

Grand Orient de France               1773      50 000 (0,3 % F)N 10       1 250

Fédération française du « Droit humain »           1893      17 000 (67 % F) 518

Grande loge maçonnique féminine de France            1952      14 000 FN 11      400

Grande loge maçonnique traditionnelle et symbolique Opéra            1958      4 700 H                 300

Grande loge maçonnique féminine de Memphis-Misraïm    1965      1 300 F 50

loge maçonnique nationale française              1968      350 H     25

Grande loge maçonnique mixte universelle                1973      1 400 (52 % F)    70

Grande loge maçonnique mixte de France   1982      4 200 (45 % F)    188

Légende : H = Hommes, F = Femmes, pourcentage si mixité.

Groupe de reconnaissance de la Grande loge maçonnique unie d'Angleterre

La Grande loge maçonnique nationale française (masculine), seule Obédience reconnue par la Grande loge maçonnique unie d'Angleterre avant la suspension des relations par cette dernière en juillet 2011N 12,46. Elle n'a aucune relation avec les autres Obédiences française. Créée en 1913 par deux loges maçonniques ayant quitté le Grand Orient de France (1773), elle est la deuxième Obédience française en nombre de frères jusqu'en 2012. Composée de 44 000 adhérents (en 2010) et de 1456 loges maçonniques, une scission importante en 2012 réduit ses effectifs. Théiste, elle requiert de ses membres de travailler à la Gloire du Grand Architecte de l'Univers, défini comme Dieu, unique et révélé. Elle ne reconnaît pas l'Initiation féminine. La Grande loge maçonnique unie d'Angleterre lui restitue sa reconnaissance en 2014. Le cas particulier de la Grande loge maçonnique de France - Il existe en France une autre Obédience historique, la Grande loge maçonnique de France, dont le statut est un peu particulier, puisqu'elle revendique son indépendance par rapport aux deux grands pôles de reconnaissance mentionnés plus haut. Strictement masculine, ayant obtenu en 1894 son indépendance du Suprême Conseil de France fondé en 1821, elle est composée de 34 000 adhérents en 2015. Dans la querelle du Grand Architecte de l'Univers, elle s'en est toujours tenue à la position du convent de Lausanne de 1875 sans condamner pour autant le Grand Orient de France ni les autres Obédiences dites « libérales ». Elle propose une voie intermédiaire axée sur un travail spirituel et philosophique entre les groupes maçonniques théistes proches des anglo-saxons et les Obédiences plus marquées par des thématiques sociétales.

Fontenay-sous-Bois est une commune française située dans la banlieue de la petite couronne de Paris en région Île-de-France. Elle est l'une des dix premières villes de son département en termes de population et de superficie. Située à 3 km à l'est de Paris, la ville est bâtie entre 44 et 111 mètres d'altitude, à cheval sur la terminaison du long plateau de Belleville, ligne de crête qui sépare les bassins versants de la Seine et de la Marne. La nature des sols a donné naissance à de nombreuses sources qui valurent à la cité son nom de Fontenay. Sa proximité avec le bois de Vincennes lui permit de se démarquer d'autres communes homonymes. L'arrivée du chemin de fer au XIXe siècle marque le début de l'essor de la ville. Celle-ci se développe rapidement avec l'arrivée de Parisiens à la recherche de lieux de villégiature puis s'industrialise au début du XXe siècle avec l'arrivée d'usines et de nouveaux habitants. Dans les années 1970, la ville perd ses dernières terres agricoles où est née la Belle de Fontenay. Elles sont remplacées par une ville de plus en plus verticale liée à la pression démographique dans la région. Fontenay est aujourd'hui une ville moderne desservie par les lignes A et E du RER et par l'autoroute A86. Elle dispose de nombreux équipements éducatifs, sportifs, culturels et sanitaires et accueille sur son territoire le premier pôle tertiaire de l'Est parisien. Ce pôle économique, pendant à l'est de Paris du quartier de la Défense, s'étend sur 160 ha et compte plusieurs centaine de milliers de m² de bureaux et un centre commercial régional. Elle accueille plusieurs milliers d'employés et de nombreuses entreprises de premier plan parmi lesquelles la Société Générale, Axa ou encore BNP Paribas. Communes limitrophes de Fontenay-sous-Bois - Montreuil - Rosny-sous-Bois - Neuilly-Plaisance - Vincennes - Fontenay-sous-Bois - Le Perreux-sur-Marne - Paris (bois de Vincennes) - Nogent-sur-Marne. Le territoire de Fontenay était auparavant plus étendu mais sa superficie n'a fait que diminuer au fil des siècles notamment avec des remembrements successifs de son territoire en faveur de :

  •     Saint-Maur/Joinville-le-Pont : l'ancien hameau de la Branche du Pont de Saint-Maur1 qui appartenait à la paroisse de Fontenay en est détaché au cours du XVIIe siècle (Décrets de M. de Perefixe, Archevêque de Paris le 13 janvier 1669 et de M. de Harlay, Archevêque, le 4 janvier 1693) et intégré à la paroisse Saint-Nicolas de Saint-Maur. Le hameau est érigé en commune en 1790 et prend le nom de Joinville-le-Pont en 1831.
  •     Nogent-sur-Marne : en 1791, le territoire de Beauté sur lequel était bâti le Château de Beauté, jusque-là dans la paroisse de Fontenay, est attribué à Nogent-sur-Marne2.
  •     Vincennes : à partir du XVIIIe siècle, notamment avec l'ordonnance royale de 1829, plusieurs territoires de l'ouest de Fontenay, en particulier sa maladrerie fondée en 1144, sont rattachés à la ville de Vincennes (quartier Diderot et du Domaine du Bois)
  •     Paris : en 1929, la commune perd 258 hectares du Bois de Vincennes à la suite de l'annexion de ce dernier par la Ville de Paris. Cette partie du bois contenait notamment le couvent des Minimes.

Ruisseaux :

  •     Ru de la Fontaine du Vaisseau prenait naissance sur le coteau près de Montreuil et mêlant ses eaux à celles du ru Coin s'écoulait vers le Nord de la commune, traversait une mare (Mare à Guillaume) et prenait la direction du Grand Marais4 sur le territoire de la commune de Neuilly-Plaisance puis rejoignait la Marne sous le nom de Rivière Madame (vers 1863) dont le tracé servait de frontière entre le Perreux et Neuilly-Plaisance.
  •   Ru Coin prenait naissance sur le coteau près de Montreuil sans doute à la source de la rue Poussin, coulait le long de la rue des Rieux et empruntait le côté pair de la rue Balzac avant de rejoindre le ruisseau de la Fontaine du Vaisseau.
  •  Ruisseau des Rosettes situé entre la rue Roublot et la rue Gambetta rue Jules Ferry et encore présent dans le toponyme de la rue dite du Ruisseau. Il profitait de l'écoulement permanent d'une fontaine installée au croisement avec l'actuelle avenue de la République.

Fontaines :

Le grand nombre de sources sur le territoire communal a également permis la création de plusieurs fontaines :

    Fontaine des Carreaux à l'angle de la rue André Laurent et de l'actuelle avenue de la République. Elle n'existe plus

  •     Fontaine des Rosettes initialement située à l'angle de l'Avenue de la République et de la rue du Ruisseau, elle fut déplacée en 1856 sur décision du Conseil Municipal. Son eau se déversait en effet en plein champ et donnait naissance au ru des Rosettes. En dehors de toute agglomération, elle fut déplacée et ses eaux détournées jusqu'à la fontaine qui prit son nom rue Mauconseil. Celle-ci fut supprimée en 1927 lors de travaux de voirie avant d'être réinstallée. Le chemin des Sources correspond au trajet des eaux de cette source vers le nouvel emplacement de la fontaine.
  •     Fontaine de l'ancienne Place d'armes (Place du Général Leclerc) supprimée vers 1862 du fait d'importantes fuites qui posaient des problèmes d'insalubrité. Elle a été réinstallée il y a quelques années lors du réaménagement du carrefour et de la place.
  •     Fontaine Saint-Germain située rue de Rosny non loin du parc du château seigneurial abattu en 1817. Ses eaux ont été détournées vers la fontaine de la Place d'Armes.
  •     Fontaine d'Emeris située à l'emplacement du château seigneurial remplacé aujourd'hui par la mairie. Ses eaux sont transportées par un tuyau vers un regard situé dans le clos d'Orléans, en lisière du bois de Vincennes.
  •     Fontaine des Pissarons située rue de l'Ancienne Mairie, elle déversait son trop-plein d'eau sur la place et les rues avoisinantes. Elle est remplacée par une "borne-fontaine" en 1862. Le quartier du Val de Fontenay est un peu comme une ville nouvelle au cœur de Fontenay-sous-Bois, cachée par les bureaux, excentrée à l'Est, limitrophe avec les communes de Rosny-sous-Bois, Neuilly-Plaisance, Montreuil, Nogent-sur-Marne et Le Perreux-sur-Marne. Il est caractérisé par une concentration urbaine beaucoup plus dense que dans les quartiers anciens de la ville.

Né de l'expansion urbaine de la Banlieue parisienne dans les années 1970-1980, le Val de Fontenay est implanté sur la partie la plus basse de la ville, jusque là espace agricole dans lequel on cultivait la célèbre pomme de terre « Belle de Fontenay ».

Depuis, l'espace agricole s'est transformé en un espace d'habitations à haute densité, et des zones commerciales, artisanales et industrielles. S'y trouvent, entre autres, le ministère des anciens combattants, l'OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides), sous tutelle du ministère de l'immigration, des bâtiments de la Société générale, d'Axa ou de la RATP, les laboratoires pharmaceutiques Roche, Humanis Retraite et prévoyance, et de nombreuses autres entreprises de technologie de pointe. Le quartier est également une zone de transit pour les touristes à mi-chemin entre Paris et Marne-la-Vallée (Disneyland Paris), identifiable par un nombre élevé d'hôtels pour tous budgets. Le quartier possède une grande variété architecturale, autour d'un habitat collectif organisé par petites unités.

 

Site web              http://www.fontenay-sous-bois.fr

Département    Val-de-Marne

Arrondissement              Nogent-sur-Marne

Canton                 Fontenay-sous-Bois

(bureau centralisateur)

Intercommunalité          Métropole du Grand Paris

EPT Paris-Est-Marne et Bois

Maire

Mandat               Jean-Philippe Gautrais

2016-2020

Code postal       94120

Code commune               94033

Démographie

Gentilé                Fontenaysiens

Population

municipale         53 124 hab. (2013)

Densité                9 520 hab./km2

Géographie

Coordonnées    48° 51' 06? Nord, 2° 28' 38? Est

Altitude               Min. 44 m – Max. 111 m

Superficie           5,58 km2