Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Découvrez nos partenaires ci-dessous


Franc-maçonnerie à Évreux

"Ma Franc-maçonnerie mise à nu... pour les profanes à Evreux"

Commandez-le dès maintenant

...et recevez-le chez vous dans 48h 


Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 


Un service des sociétés secrètes est organisé en 1941. Bernard Faÿ, administrateur de la Bibliothèque Nationale, est nommé à sa tête et chargé de classer les archives saisies dans les loges maçonniques, d'orchestrer la propagande anti-maçonnique et surtout de dresser des fiches afin de répertorier tous les anciens francs-maçons, de les surveiller et de les radier des professions libérales comme de la fonction publique. Ce service publie la revue « Documents maçonniques » qui voit dans la franc-maçonnerie l'une des causes principales de la défaite. Une loi de 1941 applique le « statut des juifs » aux francs-maçons. Le film anti-maçonnique « Forces occultes » est réalisé et projeté à Paris en 1943. Copie d'une page d'un diplôme maçonnique

Page de garde de diplôme maçonnique témoignant de l'épuration, 1945 - À la Libération, un millier de francs-maçons français ont été déportés ou tués, la plupart pour leurs activités de résistance ou à cause de leurs origines juives. Les temples ont été pillés, les archives confisquées. Lorsque les loges maçonniques se relèvent, des comités d'épuration souvent spontanés se mettent en place. Au total, le nombre de francs-maçons actifs a diminué des deux tiers34. La franc-maçonnerie française mettra vingt ans à retrouver ses effectifs d'avant-guerre. Elle préfère désormais se tourner davantage vers la réflexion philosophique, voire spirituelle35 que l'action directement politique. Alors que jusqu'en 1940, les maçons défilaient au grand jour, leurs réunions étant annoncées dans la presse, ils se protègent désormais dans la discrétion.

La condamnation communiste de la franc-maçonnerie diminue considérablement en France à partir de 1945, principalement en raison de la Fraterniténée pendant la Résistance entre gaullistes, communistes et francs-maçons face à leur ennemi commun : le régime de Vichy. En 1945, les franc-maçonnes des loges maçonniques d'adoption de la Grande loge maçonnique de France se constituent en une « Union maçonnique féminine de France », qui deviendra en 1952 la Grande loge maçonnique féminine de France. En 1959, cette Obédience abandonne le Rite d'adoption pour le Rite écossais ancien et accepté. En 1958, des Frères de la Grande loge maçonnique nationale française, en désaccord avec la non-reconnaissance des autres Obédiences françaises, fondent la « Grande loge maçonnique nationale française dite : Opéra » devenue depuis la Grande loge maçonnique traditionnelle et symbolique Opéra (GLTSO). En 1964, la Grande loge maçonnique de France signe un accord avec le Grand Orient de France qui provoque une scission en son sein et au sein du Suprême Conseil de France. Le grand commandeur Charles Riandey, accompagné de quelques centaines de Frères, quitte alors le Suprême Conseil pour en fonder un autre, sous l'égide de la Grande loge maçonnique nationale française, dénommé « Suprême Conseil pour la France ». Depuis les années 1970, on assiste en France à un très grand nombre de scissions qui ont donné naissance à plusieurs petites Obédiences, ainsi qu'à de très nombreuses micro-Obédiences et à quelques loges maçonniques indépendantes. Si le sérieux de quelques-unes d'entre elles est unanimement reconnu, la conformité aux traditions maçonniques de quelques autres n'est pas toujours bien établie. Certains auteurs37 voient dans cette tendance le reflet de l'atomisation individualiste et du rejet des institutions qui caractérisent, selon eux, l'actuelle société française.

Évreux est une commune française, préfecture du département de l’Eure en Normandie. Évreux est une commune de la campagne de Saint-André, dans le centre du département de l'Eure. Située au cœur de la vallée de l’Iton, elle borde une forêt à laquelle elle a donné son nom. Elle est située au sud-est de la Normandie à quelque 96 kilomètres de Paris. Communes limitrophes de Évreux Gauville-la-Campagne, Parville, Aviron, Gravigny, Huest, Saint-Sébastien-de-Morsent, Évreux, Fauville, Arnières-sur-Iton, Angerville-la-Campagne,    Le Vieil-Évreux, Guichainville.L'agglomération, initialement construite dans la vallée de l'Iton, s'étend vers le sud-est, sur le plateau de craie sénonienne, recouvert de silex, et saupoudré de sables de Lozère. En direction d'Arnières-sur-Iton, on trouve une carrière ouverte dans les sables stampiens. L'ensemble est recouvert de sables de Lozère. Il s'agit d'une poche karstique remplie de sable. Le nom de la localité est attesté sous la forme (Médiolanion) dans la Géographie de Ptolémée vers 150, Mediolanum au IVe siècle (Ammien Marcellin, Itinéraire d'Antonin), Ebrocas à la fin du Xe siècle (Richer de Reims), Ebroas en 1024 et en 1034 (Fauroux 87), Ebroys en 1055 - 1066 (Fauroux 208). L'attestation Mediolanum renvoie au nom primitif de l'établissement gaulois : Mediolanon, qui est un des toponymes les plus fréquents en zone celtique et mentionné généralement sous sa graphie latine Mediolanum (cf. Meillant, Mesland, Meylan, Molain, Milan, etc.).

Ce nom de lieu a été interprété comme un « au milieu de la plaine » par la plupart des linguistes et des toponymistes. Ils y voient un composé gaulois des termes medio- « milieu » (semblable au latin medium et au vieil irlandais mide « centre, milieu ») et lanon « plaine », semblable au latin planum8 (cf. chute du [p] initial indo-européen en langue celtique). La situation d'Évreux au débouché de la forêt pourrait justifier une acception particulière du mot lanum comme étant plus précisément un « défrichement ». Pourtant d'autres recherches, souvent plus contemporaines, proposent une hypothèse alternative « plein-centre », c'est-à-dire « centre sacré », idée reposant sur une analogie avec Medionemeton (composé sur nemeton « temple ») et le germanique *media-gardaz « enclos du milieu » (cf. vieux norrois miðgarð, gotique midjun-gards « monde »)10. De plus, les Mediolanum se trouv(ai)ent parfois excentrés, retirés et parfois même sur des hauteurs. Évreux représente une évolution phonétique à partir du nom de la tribu gauloise des Éburovices, qualificatif attribué à une fraction du grand peuple des Aulerques (latin Aulerci) qui occupait un important territoire situé à l'ouest / nord-ouest de la Gaule. La forme initiale devait être *Eburovicas / *Eburicas que François de Beaurepaire8 cite cependant sans l'astérisque caractérisant une forme hypothétique. L'abandon du toponyme celtique antique répond à un processus commun en Gaule. En effet, de nombreuses cités gallo-romaines perdent leur nom d'origine au Bas Empire pour adopter celui du peuple dont elles étaient la civitas.

En 1793, François Buzot essaya vainement de faire de cette ville un centre de résistance contre la Convention. Dès 1855, la mise en service de la ligne de chemin de fer Mantes-Lisieux impose l’ouverture d’un « embarcadère » qui, vite insuffisant, fut remplacé par la nouvelle gare, laquelle fut mise en exploitation le 21 décembre 1887. Pierre Semard, syndicaliste et dirigeant du PCF dans les années 1920, est fusillé par les Allemands à la prison d'Évreux, le 7 mars 1942. La ville a subi de forts dommages au cours de la Seconde Guerre mondiale, par les bombardements allemands de 1940 puis les bombardements américains de 1944, et la plus grande partie de son centre a été reconstruite. Le musée municipal ouvre ses portes en 1961. La ville connaît une croissance rapide au cours des années 1970, avec l’implantation d’industries de transformation et la création du quartier de la Madeleine situé au sud de la ville. L’amélioration des relations avec Paris permet à une importante population d’employés parisiens de s’implanter à Évreux. Évreux a connu le rare privilège de voir deux timbres lui être consacrés en moins de quinze ans : le 27 février 1995 pour la châsse de Saint-Taurin, chef-d’œuvre de l’orfèvrerie française du XIIIe siècle19 ; le 2 juin 2008 pour sa Tour de l'Horloge, l'un des derniers beffrois normands.

 

Site web              http://www.evreux.fr

Gentilé                Ébroïciens

Population

municipale         49 722 hab. (2013)

Densité                1 880 hab./km2

Population

aire urbaine       97 177 hab.

Géographie

Coordonnées    49° 03' 31? Nord, 1° 08' 56? Est

Altitude               Min. 58 m – Max. 146 m

Superficie           26,45 km2