Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Découvrez nos partenaires ci-dessous


Loges de Francs-maçons à Arcueil

Comment entrer dans une Loge de Francs-maçons à Arcueil



Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 


Après les pertes dues à la guerre, la franc-maçonnerie française reprend sa progression : le Grand Orient de France passe de 23 000 membres en 1919 à 33 000 dans les années 1930, tandis que la Grande loge maçonnique de France passe de 6 300 membres à 16 000 sur la même période. En 1922, le congrès de l'Internationale communiste, à la demande de Zinoviev, interdit la double appartenance au parti communiste et à la franc-maçonnerie. La plupart des francs-maçons socialistes qui avaient choisi le parti communiste après la scission du congrès de Tours le quittent alors. Des loges maçonniques de réfugiés russes, fermées par les bolchéviques, se reconstituent en France : « Astrée » la Grande loge maçonnique, « l'étoile du Nord » et « la Russie libre » au Grand Orient.

Entre les deux guerres mondiales, la franc-maçonnerie française occupe une place majeure dans l'appareil politique de la République et s'implique fortement dans ses combats. Elle sera donc particulièrement touchée lorsque la République s'effondrera face aux troupes allemandes en 1940. Le régime de Vichy promulgue le 13 août 1940 une loi qui dissout les sociétés secrètes32. En octobre-novembre 1940 a lieu à Paris, au Petit Palais, une exposition anti-maçonnique intitulée : « La franc-maçonnerie dévoilée », avant qu'elle soit présentée en province et à Berlin. Le thème général affirme l'existence d'un complot de l'anti-France, qui aurait été responsable de l'effondrement du pays, et qui aurait été organisé, selon les thèses de l'Action française, par « le juif, le protestant, le maçon et le métèque ».

Un service des sociétés secrètes est organisé en 1941. Bernard Faÿ, administrateur de la Bibliothèque Nationale, est nommé à sa tête et chargé de classer les archives saisies dans les loges maçonniques, d'orchestrer la propagande anti-maçonnique et surtout de dresser des fiches afin de répertorier tous les anciens francs-maçons, de les surveiller et de les radier des professions libérales comme de la fonction publique. Ce service publie la revue « Documents maçonniques » qui voit dans la franc-maçonnerie l'une des causes principales de la défaite. Une loi de 1941 applique le « statut des juifs » aux francs-maçons. Le film anti-maçonnique « Forces occultes » est réalisé et projeté à Paris en 1943. Copie d'une page d'un diplôme maçonnique

Page de garde de diplôme maçonnique témoignant de l'épuration, 1945 - À la Libération, un millier de

francs-maçons

français ont été déportés ou tués, la plupart pour leurs activités de résistance ou à cause de leurs origines juives. Les temples ont été pillés, les archives confisquées. Lorsque les

loges maçonniques

se relèvent, des comités d'épuration souvent spontanés se mettent en place. Au total, le nombre de

francs-maçons

actifs a diminué des deux tiers. La

franc-maçonnerie

française mettra vingt ans à retrouver ses effectifs d'avant-guerre. Elle préfère désormais se tourner davantage vers la réflexion philosophique, voire spirituelle que l'action directement politique.

Arcueil est une commune française située dans le département du Val-de-Marne en région Île-de-France, faisant partie de la métropole du Grand Paris et du syndicat Paris Métropole. C'est une commune urbanisée à plus de 90 % et disposant en 2010 de 45 % de logements sociaux1, de quelques espaces verts et entièrement en cuvette. Son urbanisation date de plusieurs époques successives, ce qui se traduit par une juxtaposition de bâtiments de divers styles (brique, maison de maître, immeuble en béton), de bâti neuf et ancien, de friches industrielles et de bâtiments à l'abandon.

Arcueil est l'une des 47 communes du Val-de-Marne, dont le chef-lieu est Créteil. Elle fait partie de l'arrondissement de l'Haÿ-les-Roses. La commune est située à 2 km au sud de Paris (Porte d'Orléans). Elle est traversée par la Bièvre, recouvrant les versants de sa vallée entre les plateaux de Longboyau et de Montrouge, entre l'ex-RN 20 à l'ouest et l'A 6 à l'est. Elle est à la limite des Hauts-de-Seine. Arcueil est limitrophe des six communes suivantes : Gentilly au nord, Le Kremlin-Bicêtre à l'est, Villejuif au sud-est, Cachan au sud pour le Val-de-Marne, Bagneux à l'ouest et Montrouge au nord-ouest pour les Hauts-de-Seine. Sa superficie est de 233 hectares2 dont 20 hectares d'espaces verts. Arcueil est traversée par la Bièvre dont le cours est entièrement canalisé (un projet de réouverture de la rivière est en cours d'étude). Arcueil a un climat tempéré. Arcueil est desservie par deux gares du RER B : la gare de Laplace, située en zone tarifaire 2, et celle d'Arcueil-Cachan, située en zone tarifaire 3 et sur le territoire de la commune de Cachan, à la lisère sud d'Arcueil.  La commune d'Arcueil est desservie par de nombreuses lignes de bus RATP (57, 162, 184, 186, 187, 188, 197, 216, 297, 299, 323, 380 et Orlybus) et par certaines lignes du réseau de bus Valouette (v1, v4 et v5). Ce dernier, à la charge de la communauté d'agglomération de Val de Bièvre, est en service depuis le 1er septembre 2006, en remplacement de la navette municipale Arc'Bus. Ce service de bus gratuit est exploité par la RATP.

La ville d'Arcueil est divisée en différents quartiers ayant chacun leur conseil de quartier.

  •     Le quartier Henri-Barbusse.
  •     Le quartier Jean-Macé et la cité-jardins.
  •     Le quartier Joliot-Curie.
  •     Le quartier Jules-Ferry.
  •     Le quartier Laplace.
  •     Le quartier du plateau Kergomard.

La ville, appelée autrefois Arculi, avant de devenir Arcueil, doit son nom aux arches du premier aqueduc. Construit par les Romains pour amener l'eau puisée à Rungis jusqu'aux thermes de Lutèce, sur le site de l'actuel musée de Cluny5, l'aqueduc fut reconstruit au XVIIe siècle.

La commune était rattachée à la paroisse de Gentilly, tout comme le hameau de Cachan dont les histoires se sont entrecroisées. Arcueil fut une ville appréciée comme lieu de promenade et de villégiature, notamment par Ronsard6. En 1768, le marquis de Sade y avait loué une maison où il y avait emmené une jeune femme sans fortune qu'il soumit à ses fantasmes. La construction par Thomas Francine, de 1613 à 1624, de l'aqueduc Médicis, en l'honneur de sa commanditaire, sur le tracé de l'aqueduc romain, donne de l'importance au village. L'ouvrage a quatre cents mètres de long et vingt quatre mètres d'élévation au maximum. La Bièvre coule sous deux des arcades et arrosait un parc remarquable par la hauteur des arbres et leur luxuriante végétation. L'urbanisation de la commune s'accélère, on assiste à l'aménagement de la place de l'église (à l'emplacement de l'ancien cimetière) et à la construction des premiers lotissements. À la suite de différends entre Arcueillais et Cachanais, la loi du 26 décembre 1922 crée la commune distincte de Cachan. Les maires Émile Raspail et, plus récemment, Marius Sidobre et Marcel Trigon ont marqué la ville. Arcueil est le siège de la communauté d'agglomération de Val de Bièvre. La ville administre six écoles maternelles : Louise-Michel, Henri-Barbusse, Jules-Ferry, Pauline-Kergomard, Danièle-Casanova et Olympe-de-Gouges. Et cinq écoles élémentaires communales : Henri-Barbusse, Jules-Ferry, Aimé-Césaire (celle-ci, a été inaugurée en novembre 2010, remplaçant Laplace), Jean-Macé et Olympe-de-Gouges (cette dernière a été inaugurée en janvier 2010).

Le département gère le collège Dulcie-September, né de la fusion des deux établissements d'Arcueil, les collèges Évariste-Galois et Jean-Jaurès. La première pierre en a été posée le samedi 26 septembre 1992 par des élus du conseil général du Val-de-Marne et le maire d'Arcueil. Il a été inauguré en avril 1994.

  • La friche culturelle « Anis Gras - Le lieu de l'autre »
  • Oto radio, webradio installée à Anis Gras : radio de proximité sur la banlieue sud de Paris
  • Le conservatoire de musique (maison des gardes)
  • L'espace Jean-Vilar (cinéma, théâtre, concerts et autres spectacles)
  • La médiathèque Louis-Pergaud (architecte : Jean Christophe Tougeron)29
  • La galerie municipale Julio-González (expositions d'art moderne et contemporain)30
  • La friche artistique « Le Bahut » avec trois compagnies professionnelles en résidence :

  •     le théâtre de la Nuit,
  •     le théâtre de l'Épopée,
  •     la compagnie Falaises et plateaux.

L'usine, une ancienne usine louée par divers artistes afin d'en faire un lieu de travail, de rencontres et de création artistique.


Site web              http://www.arcueil.fr

Gentilé                Arcueillais

Population

municipale         19 746 hab. (2013)

Densité                8 475 hab./km2

Géographie

Coordonnées    48° 48' 27? Nord, 2° 20' 10? Est

Altitude               Min. 42 m – Max. 105 m

Superficie           2,33 km2