Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Découvrez nos partenaires ci-dessous


Franc-maçonnerie à Moulins

"Ma Franc-maçonnerie mise à nu... pour les profanes à Moulins"

Commandez-le dès maintenant

...et recevez-le chez vous dans 48h 

Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 


Bien que les premières véritables loges de francs-maçons, distinctes des corporations, soient apparues au XVIIe siècle, en Écosse, la franc-maçonnerie a toujours ajouté à cette origine historique une origine légendaire et symbolique plus ancienne, support du travail initiatique de ses membres. Les premiers francs-maçons positionnaient symboliquement cette origine mythique aux origines de la maçonnerie elle-même (comprendre aux origines de l'art de bâtir). Dans un siècle où la paléontologie n'existait pas encore, il fut tout naturel pour eux de placer cette origine à l'époque d'Adam (le premier homme, selon la conception de l'époque), à celle de Noé (construction de l'arche et religion première) ou, beaucoup plus fréquemment, à celle de la construction du temple de Salomon. 

Vers 1390 déjà, le « Manuscrit Régius », qui décrivait les usages des maçons anglais, plaçait emblématiquement leur corporation sous l'égide d'Euclide et de Pythagore, pères de la géométrie, et sous la protection du roi Athelstan d'Angleterre. En 1736, en France, le chevalier de Ramsay rattache la franc-maçonnerie aux croisés. D'autres, un peu plus tard, transformeront cette référence en une référence symbolique au Saint-Empire romain germanique, ou à l'ordre du Temple (en Allemagne, en Angleterre et en France). À la suite de la parution en France du Séthos de l'abbé Jean Terrasson en 1731 puis à la redécouverte de l'Égypte antique par les occidentaux, c'est tout naturellement que certains rituels maçonniques déplacèrent l'origine symbolique à l'époque de la construction des pyramides. 

Au milieu du XIXe siècle romantique enfin, à l'occasion de la redécouverte de l'héritage du Moyen Âge, le mythe maçonnique renforça tout aussi naturellement ses références à la construction des cathédrales. 

Une loge maçonnique est une structure locale regroupant typiquement quelques dizaines de francs-maçons.

Moulins, dont la dénomination Moulins-sur-Allier est parfois utilisée pour bien la distinguer, notamment par la SNCF et la Poste, est une commune française, préfecture du département de l'Allier (03), située dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, et une ville d'art et d'histoire.

Capitale historique du Bourbonnais, l'agglomération s'étend le long de l'Allier.

Au dernier recensement de 2013, la commune comptait 19 474 habitants. La communauté d'agglomération de Moulins compte 53 703 habitants et l'aire urbaine de Moulins 61 346 habitants, étant donc démographiquement seulement la troisième ville du département derrière Montluçon et Vichy, ses deux sous-préfectures.

Moulins est la cinquième ville la plus peuplée de l'ancienne région d'Auvergne derrière l'ancienne capitale régionale Clermont-Ferrand, Montluçon, Aurillac et Vichy, mais devant Le Puy-en-Velay.

Ses habitants se nomment les Moulinois. La ville de Moulins se situe dans le département de l'Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle se situe au nord des contreforts du Massif central, mais le relief n'y est encore que très légèrement vallonné. Enfin, Moulins se trouve approximativement à la limite entre Bocage bourbonnais à l'ouest et Sologne bourbonnaise à l'est.

Cinq communes sont limitrophes de Moulins. Moulins est située sur le tracé historique de la route nationale 7 reliant :

•             vers le nord : Avermes, Chantenay-Saint-Imbert, Saint-Pierre-le-Moûtier, Nevers, Cosne-Cours-sur-Loire, Briare, Montargis puis Paris ;

•             vers le sud : Toulon-sur-Allier, Roanne puis Lyon, permettant aussi de rejoindre Vichy par la rive droite.

Moulins est aussi l'origine de la route nationale 9, aujourd'hui déclassée en départementale 2009, continuant vers Saint-Pourçain-sur-Sioule, Gannat et Clermont-Ferrand.

On rejoint facilement, à partir de la ville ou en contournant celle-ci à l'est par la voie rapide, l'autoroute A77 vers Nevers et Paris, par l'intermédiaire de la RN 7, et l'autoroute A71, via la RN 79 - RCEA (Route Centre-Europe Atlantique), qui permet de relier Montluçon à Mâcon.

Vers l'ouest, les départementales 945 et 953 conduisent aux villes proches de Souvigny, Bourbon-l'Archambault puis à la forêt de Tronçais.

Vers l'est, la D 12 permet de rejoindre Yzeure, Montbeugny et Dompierre-sur-Besbre ainsi que le parc zoologique et d'attractions du PAL, situé à 30 km.

Le territoire communal est également desservi par les routes départementales 494, 495, 528, 707 (ancienne route nationale 7), 779 (ancienne route nationale 79, vers Chevagnes) et 979a (vers Saint-Ennemond) en rive droite et 13 (vers Le Veurdre) en rive gauche. Le nom de « Moulins » a pour origine les nombreux moulins à eau flottants qui étaient situés sur les berges de l'Allier10.

La ville n'apparaît pas avant le Xe siècle, sous le nom de Villa Molinis (villa aux moulins). La ville principale de l'agglomération était Yzeure jusqu'au XIVe siècle, époque où Moulins s'enrichit et s'agrandit considérablement grâce au commerce sur l'eau. L’histoire de la ville de Moulins est étroitement liée à celle des ducs de Bourbon, puisqu’elle devient la capitale du duché et de ses importantes dépendances en 1327. Cet état de fait perdurera jusqu’en 1523, avec la défection du connétable de Bourbon.

Une fondation légendaire. La tradition populaire raconte qu’un sire de Bourbon, perdu après une journée de chasse, aurait trouvé refuge dans un moulin sur les bords de l’Allier. Tombé amoureux de la meunière qui l’avait recueilli, pour justifier ses fréquentes venues, il fit bâtir à l’emplacement actuel du palais ducal un relais de chasse. Une ville se développe autour : ce sera Moulins

 

Site Web :           http://www.ville-moulins.fr

Gentilé                Moulinois1

Population

municipale         19 474 hab. (2013)

Densité                2 262 hab./km2

Population

aire urbaine       61 346 hab. (20122)

Géographie

Coordonnées    46° 33' 55? Nord, 3° 20' 00? Est

Altitude               Min. 202 m – Max. 240 m

Superficie           8,61 km2