Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Découvrez nos partenaires ci-dessous


Franc-maçonnerie à Ajaccio

"Ma Franc-maçonnerie mise à nu... pour les profanes d'Ajaccio"

Commandez-le dès maintenant

...et recevez-le chez vous dans 48h 

 

Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 


Les loges maçonniques existaient bien avant les obédiences. Elles seules disposent du pouvoir d'initier de nouveaux membres. Une loge regroupe typiquement une quarantaine de francs-maçons actifs se réunissant en moyenne deux fois par mois, bien qu'il existe parfois quelques loges particulières dont l'effectif peut se chiffrer à plusieurs centaines, avec une fréquence de réunion différente. En général, chaque loge reste libre du choix de son président (le « vénérable »), qu'elle élit chaque année, des sujets que ses membres souhaitent étudier, ainsi que des éventuelles actions extérieures, caritatives et/ou sociétales, qu'elle souhaite mener.

Le regroupement des loges en obédiences maçonniques, apparu pour la première fois en Angleterre en juin 1717, marqua un tournant des débuts de la franc-maçonnerie dite « spéculative ». Il s'accompagne d'une relative perte de liberté de chacune des loges ainsi fédérées, puisqu'elles acceptent de se conformer aux règles particulières de leur fédération (« constitutions » et règlements), dont le premier exemple historique fut les Constitutions d'Anderson de 1723. Toutefois, les loges restent habituellement jalouses de leur marge de liberté et il n'est pas rare, au sein d'une même obédience maçonnique, de trouver des loges dont les programmes de travail, les actions et les compositions sociologiques sont très différents les uns des autres.

Depuis, l'historiographie maçonnique a pu se développer et donner naissance à une discipline autonome, la maçonnologie, consacrée à une étude élargie de l'univers culturel et intellectuel très varié que constitue la franc-maçonnerie. Cette recherche est confrontée à la masse imposante de la production interne, principalement composée de travaux personnels qui sont révélateurs de l'imaginaire et de la variété des conceptions individuelles des francs-maçons mais qui font rarement preuve d'une grande rigueur épistémologique8. Elle est parfois également compliquée par des luttes d'influences entre obédiences et conceptions divergentes.

Ainsi, en ce qui concerne l'étymologie même des mots français « franc-maçon » et « franc-maçonnerie », des auteurs anciens, tels qu'Oswald Wirth, ont pu accréditer à leur époque l'idée d'une origine française, indépendante de l'origine britannique et liée à l'existence de franchises pour les maçons du Moyen Âge. Or si de telles franchises ont bien existé, l'usage de l'expression « franc-maçon » n'est pas pour autant attesté avant les années 1730 où il apparaît par traduction de l'anglais free-mason, notamment dans le discours de Ramsay imprimé en 1737, qui écrit en français dans le même texte « Francs-Maçons », « Francsmaçons », et « l'Ordre des Free-Maçons ».

Ajaccio est une commune française, préfecture du département de la Corse-du-Sud, préfecture de la Corse et siège de la collectivité territoriale de Corse. Son aire urbaine comptait 100 621 habitants en 2011. Ajaccio, « cité impériale » et autrefois « cité du corail », est aussi connue pour être la première ville française libérée durant la Seconde Guerre mondiale, le 9 septembre 1943. La ville se situe dans la partie sud de la Corse, bordée par la mer Méditerranée. Ajaccio appartient à la Mezzana, microrégion dont les villages sont éparpillés dans son arrière-pays. Elle possède une position avantageuse par rapport au reste de l'île. Elle est implantée en position d'abri sur la côte occidentale de l'île. La commune en elle-même s'étend sur la rive nord du golfe d'Ajaccio, entre la Gravona et la pointe de la Parata, incluant les îles Sanguinaires. De nombreuses plages et criques bordent son territoire dont la partie ouest est particulièrement accidentée (point culminant : 790 mètres). 10 quartiers sont comptabilisés par la municipalité.

- Cannes-Binda : quartier populaire du nord de la ville, constitué de grands ensembles, classé ZUS avec Les Salines, faisant l'objet d'une politique de rénovation urbaine

- Centre Ville : cœur touristique de la ville, constitué de ruelles commerçantes et de grandes artères de circulation

- Casone : quartier bourgeois à population aisée, situé dans l'ancienne station d'hiver sur les hauteurs de la ville sud.

- Les Jardins de l'Empereur : cité classée ZUS sur les hauteurs de la ville, constituée de grands ensembles dominant le centre-ville

- Mezzavia : quartier du nord de la ville, marqué par plusieurs lotissements ainsi que par des zones d'activités commerciales et économiques et le stade Ange-Casanova

- Octroi-Sainte Lucie : il constitue la partie nord du centre-ville, près du port et de la gare SNCF

- Pietralba : quartier populaire du nord-est de la ville, classé ZUS

- Résidence des Îles : quartier du sud de la ville près de la touristique route des Sanguinaires, dans un environnement de qualité

- Saint-Jean : ensemble d'immeubles abritant une population aux revenus modestes, à proximité du noyau urbain historique de la ville, classé ZUS

- Les Salines : quartier populaire du nord de la ville, constitué de grands ensembles, classé ZUS avec Les Cannes, faisant l'objet d'une politique de rénovation urbaine

- Vazzio : quartier du nord-est de la ville, à proximité de l'aéroport, de la centrale EDF et du stade François-Coty

En corse, le nom de la commune est Aiacciu, ou plus rarement Aghjacciu (dans la vallée de la Gravona notamment).

Plusieurs hypothèses ont été émises quant à l'étymologie du nom Ajaccio (Aiacciu en corse, Addiazzo sur les vieux documents). Parmi celles-ci, la plus prestigieuse prétend que la ville aurait été fondée par le héros grec légendaire Ajax qui lui aurait donné son nom. D'autres explications sont cependant bien plus réalistes. Par exemple, le nom Ajaccio pourrait être apparenté au toscan agghiacciu (enclos à brebis). De même, aghja est en corse l'aire où l'on bat le blé. Une autre explication, étayée par des sources byzantines voisines de l'an 600 nomment la ville Agiation, suggérant une origine grecque du mot, agathè pouvant signifier « bonne fortune » ou « bon mouillage » (racine également à l'origine du nom de la ville d'Agde).

"Remarques concernant le nom de la ville : À l'origine, on trouve Adjacium, mentionné au Ve siècle dans la cosmographie de Ravenne (...) Adjacium, du latin ad-jacere (être situé prés) semble avoir désigné le port (près de la mer). Aux XVIe et XVIIe siècles, le nom a été transcrit en français sous la forme "La Hiace" (...) Ajaccio, forme italienne, est le nom de la ville génoise, prononcé Aiaccio (...) Dans les pieves avoisinantes on emploie encore de nos jours le toponyme Aghjacciu (l'aghacciu, enclos à bétail) du verbe corse ghjace/ghjacia qui correspond au français gésir, et qui lui-même est issu du verbe latin de le deuxième conjugaison jacere, pris dans le sens de "être étendu, couché" (...) Dans le reste de l'ile, on dit Aiacciu, prononciation corse du nom de la ville génoise. C'est cette forme qu'il convient d'adopter comme étant consacrée par un usage largement majoritaire. Cela ne disqualifie nullement Aghjacciu qui garde sa valeur sémantique et qui doit conserver toute sa vigueur dans les territoires de l'intérieur immédiat où, d'ailleurs, les habitants de la ville sont appelés l'Aghjaccinchi. C'est pourquoi nous avons proposé : Aiacciu (Aghjacciu)." D'après PM Agostini, I nomi di i nostri locchi, p. 102 et 103, 1990. Les habitants d'Ajaccio sont appelés les Ajacciens (Aiaccini ou Aghjaccinchi par les Corses de l'intérieur. On également "Ajacciotti" pour -habitants du bourg- dans une correspondance de P.Paoli : "Avrebbero potuto entrare nel Borgo; ma gli Ajacciotti non si meritano da noi violenze". Pasquale Paoli al Conte Rivarola, Corti, 2 dicembre 1763. In, Lettere di Pasquale Paoli : con e proemio di N. Tommaseo. G. P. Vieusseux ed. Firenze, 1846.) Noter, à titre anecdotique, le livre intitulé Agiacsiò, il romanzo della Corsica, de Guido Milanesi, Milano Montadori ed 1940.

Site web              http://www.ajaccio.fr

Gentilé                Ajacciens

Population

municipale         67 507 hab. (2013)

Densité                823 hab./km2

Population

aire urbaine       100 621 hab. (2011)

Géographie

Coordonnées    41° 55′ 36″ Nord, 8° 44′ 13″ Est

Altitude               Min. 0 m – Max. 790 m

Superficie           82,03 km2