Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Découvrez nos partenaires ci-dessous


Franc-maçonnerie à Valence

"Ma Franc-maçonnerie mise à nu... pour les profanes à Valence"

Commandez-le dès maintenant

...et recevez-le chez vous dans 48h 


Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 


Le XXe siècle : Pour l'histoire de la franc-maçonnerie française, le XXe siècle débute avec un scandale qui laissera des traces durables et qui témoigne bien de l'implication de la franc-maçonnerie de l'époque dans la politique : l'affaire des fiches. Elle débute en 1901 lorsque le général Louis André, ministre de la guerre et franc-maçon, met en fiches les convictions philosophiques et religieuses de quelque 27 000 officiers, pour gérer leur avancement. Les renseignements sont fournis par des centaines de francs-maçons dans tout le pays. En 1904, la presse s'empare de l'affaire. Le scandale est immense et s'achèvera par la démission du général Louis André. En 1913, deux loges maçonniques, « le Centre des Amis » et la « loge maçonnique Anglaise 204 » quittent le Grand Orient et fondent la « Grande loge maçonnique nationale indépendante et régulière », qui sera immédiatement reconnue par la Grande loge maçonnique unie d'Angleterre et qui restera jusque dans les années 1960 principalement animée par des Anglais ou des Américains résidant en France. En 1948, cette Obédience changera de nom pour celui de Grande loge maçonnique nationale française qu'elle porte encore en 2016.

Si le courant pacifiste qui apparaît en France avant la Première Guerre mondiale se manifeste aussi dans la franc-maçonnerie, il disparaît dans celle-ci comme dans le reste du pays dès le début du conflit et le premier cabinet d'Union sacrée comprend neuf francs-maçons. Une conférence internationale réunit en janvier 1917, au siège de la Grande loge maçonnique de France, plusieurs Obédiences européennes. Il y est lancé un appel à la création de la Société des Nations. Une conférence similaire réunit en juin 1917 les représentants de 16 Obédiences alliées ou neutres au siège du Grand Orient de France avec les mêmes objectif.

Après les pertes dues à la guerre, la franc-maçonnerie française reprend sa progression : le Grand Orient de France passe de 23 000 membres en 1919 à 33 000 dans les années 1930, tandis que la Grande loge maçonnique de France passe de 6 300 membres à 16 000 sur la même période. En 1922, le congrès de l'Internationale communiste, à la demande de Zinoviev, interdit la double appartenance au parti communiste et à la franc-maçonnerie. La plupart des francs-maçons socialistes qui avaient choisi le parti communiste après la scission du congrès de Tours le quittent alors. Des loges maçonniques de réfugiés russes, fermées par les bolchéviques, se reconstituent en France : « Astrée » la Grande loge maçonnique, « l'étoile du Nord » et « la Russie libre » au Grand Orient31.

Entre les deux guerres mondiales, la franc-maçonnerie française occupe une place majeure dans l'appareil politique de la République et s'implique fortement dans ses combats. Elle sera donc particulièrement touchée lorsque la République s'effondrera face aux troupes allemandes en 1940. Le régime de Vichy promulgue le 13 août 1940 une loi qui dissout les sociétés secrètes32. En octobre-novembre 1940 a lieu à Paris, au Petit Palais, une exposition anti-maçonnique intitulée : « La franc-maçonnerie dévoilée », avant qu'elle soit présentée en province et à Berlin. Le thème général affirme l'existence d'un complot de l'anti-France, qui aurait été responsable de l'effondrement du pays, et qui aurait été organisé, selon les thèses de l'Action française, par « le juif, le protestant, le maçon et le métèque ».

Valence est une commune du sud-est de la France, préfecture du département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes. Avec 61 767 habitants recensés en 2013 (127 537 habitants pour l'agglomération), elle est la ville la plus peuplée de la Drôme et la 6e d'Auvergne-Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Valentinois. Située au cœur du couloir rhodanien et soumise à un climat méditerranéen, Valence est souvent désignée comme étant « la porte du Midi de la France ». Entre Vercors et Provence, sa situation géographique attire de nombreux touristes. Les autoroutes A7 et A49, la RN7, la ligne de TGV Paris/Marseille, ainsi que le Rhône en sont les axes de transports et de communications majeurs. En outre, l'agglomération valentinoise est dotée d'un port de plaisance, d'un port de commerce, de deux gares ferroviaires (Valence-Ville et Valence-TGV) mais aussi d'un aéroport. Son activité économique est essentiellement tournée vers les secteurs de l'agroalimentaire, des industries métallurgiques, des constructions mécaniques et de l'électronique.

Commune fondée en 121 av. J.-C., après l'invasion de la Gaule narbonnaise par les Romains, elle se positionne rapidement comme étant le plus vaste carrefour de voies romaines, après Lyon3. Avec son importance grandissante, Valence accède au statut de colonie romaine. Au fil des siècles, la ville prend de l'ampleur et s'agrandit. Aujourd'hui, de nombreux vestiges de l’époque médiévale, de la Renaissance, mais aussi des XVIIe siècle, XVIIIe siècle et XIXe siècle sont visibles dans le centre-ville. La ville est historiquement rattachée au Dauphiné, dont elle forme la deuxième plus grande ville après Grenoble et fait aujourd'hui partie du réseau des Villes et Pays d'art et d'histoire. Valence possède de beaux monuments tels que la Maison des Têtes, bâtie entre 1528 et 1532 par Antoine de Dorne, la cathédrale Saint-Apollinaire, construite entre 1063 et 1099 sous l'impulsion de l'évêque Gontard, ou encore la fontaine monumentale, de l'architecte Eugène Poitoux. La ville compte de nombreux monuments historiques, dont la plupart se trouvent dans le Vieux Valence. La ville s’effeuille également au fil de ses jardins et de ses canaux qui la traversent depuis l’époque romaine sur plus de 17 km ; des chemins longent les berges sauvages où évolue une faune diversifiée. Inscrite sur la liste des villes et villages fleuris de France, Valence est l'une des 17 communes de l'ancienne région Rhône-Alpes à être labellisée « 4 fleurs » par le concours des villes et villages fleuris, c'est-à-dire le niveau maximal. Par sa situation géographique, Valence est un des points de passages obligatoire entre Paris et la Méditerranée. Sa position au centre de l'axe méridien de la vallée du Rhône place la ville au débouché de la vallée de l'Isère (voie d'accès vers les Alpes), dans l'ouest de la province historique du Dauphiné, au sein de la région historique et naturelle du Valentinois, et à la limite du département de l'Ardèche (dont elle est séparée par le Rhône). La ville est entourée de plusieurs massifs montagneux, dont le Massif central et les collines ardèchoises à l'ouest, et le massif du Vercors dans les Préalpes à l'est. Valence se trouve à 561 km au sud-est de Paris, à égale distance (100 km) au sud de Lyon et au sud-ouest de Grenoble, à 120 km au nord d'Avignon, à 220 km au nord de Marseille, à 240 km au sud-ouest de Genève, à 204 km au nord de Montpellier, à 110 km au sud-est de Saint-Étienne, à 162 km au nord-ouest de Gap, à 50 km au nord de Montélimar, à 40 km à l'est de Privas (capitale de l'Ardèche), à 25 km au nord-ouest de Crest, et à 65 km à l'ouest de Die.

Située à quelques kilomètres au sud du 45e parallèle, la ville est souvent désignée comme la « porte du Midi de la France ». « À Valence le Midi commence » disent les « gens du Nord ».

La ville de Valence est établie sur quatre terrasses alluviales qui s'étagent sur la rive gauche du Rhône : la plus basse, qui est la plus proche du fleuve, où se trouvaient les quartiers de pêcheurs et de mariniers (Basse ville, les Îles, l'Épervière...) ; la terrasse intermédiaire, à l'abri des crues du fleuve, où s'est développée la ville historique, d'abord à l'intérieur de ses remparts (Vieux Valence), puis à l'extérieur (Faventines, Latour Maubourg...) ; la troisième terrasse s'est fortement urbanisée dans la deuxième moitié du XXe siècle (Les Charrans, Briffaut, Valence-Le-Haut...) ; la plus haute, dénommée plateau de Lautagne où se développe un pôle d'activités technologiques depuis la fin du XXe siècle en bordure d'exploitations agricoles céréalières et maraîchères.

Administrativement, la commune se situe dans le sud de la région Auvergne-Rhône-Alpes, dans la moitié nord du département de la Drôme (dont elle en est la préfecture), et dans le sud-ouest de l'arrondissement de Valence (dont elle en est le chef-lieu). De plus, Valence est le chef-lieu de quatre cantons : Valence-1, Valence-2, Valence-3 et Valence-4, qui incluent chacun une fraction de la ville de Valence et des communes voisines entières. La ville fait partie de la communauté d'agglomération de Valence-Romans Sud Rhône-Alpes qui regroupe 51 communes depuis sa création le 1er janvier 2014, et dont Valence en est la ville la plus peuplée ; la commune a fait précédemment partie de deux intercommunalités : le SISAV (Syndicat Intercommunal des Services de l'Agglomération Valentinoise, plus connu sous le nom de « Valence Major ») qui regroupait 7 communes drômoises et ardèchoises (Bourg-lès-Valence, Cornas, Guilherand-Granges, Portes-lès-Valence, Saint-Marcel-lès-Valence, Saint-Péray et Valence) de 1990 à 2009, et de la communauté d'agglomération de Valence Agglo – Sud Rhône-Alpes qui regroupait 11 communes drômoises de 2009 à 2014. Communes limitrophes. La liste ci-dessous concerne les communes limitrophes à la ville de Valence, c'est-à-dire les communes partageant une partie de leurs frontières avec cette dernière. Onze communes jouxtent le territoire de la capitale de la Drôme (deux communes ardéchoises et neuf communes drômoises). Rose des vents, Guilherand-Granges (Ardèche), Bourg-lès-Valence, Saint-Marcel-lès-Valence, Alixan, Rose des vents, Guilherand-Granges (Ardèche), Montélier, Chabeuil, Malissard, Valence, Soyons (Ardèche), Portes-lès-Valence,  Beaumont-lès-Valence, Montéléger.

 

Site web              http://www.valence.fr

Gentilé                Valentinois

Population

municipale         61 767 hab. (2013)

Densité                1 683 hab./km2

Population

aire urbaine       175 636 hab. (2012)

Géographie

Coordonnées    44° 56' 00? Nord, 4° 53' 30? Est

Altitude               Min. 106 m – Max. 191 m

Superficie           36,69 km2